Dans son livre «20  Maisons d’hôtes et hôtels de charme d’exception», Khedija Jellouli recense ces magnifiques espaces et lieux où l’on offre aux voyageurs un art de vivre, une convivialité de bon aloi, une hospitalité chaleureuse. Bref, une échappée vers un ailleurs autre que son quotidien.
Il y a les touristes et il y a les voyageurs. Le touriste cherche son confort, veut bien être dépaysé, mais sûrement pas dans son assiette, souhaite que l’on parle sa langue, qu’on prenne en charge ses loisirs, et désire procrastiner à souhait sur les plages. Le voyageur, quant à lui, a une toute autre approche. Il fuit ses congénères, désire rencontrer les habitants du pays qu’il visite, partager leur quotidien, découvrir leurs us et coutumes, et n’est jamais aussi heureux qu’invité à partager le pain et le sel à leur table. C’est pour ce type de voyageur, fuyant comme la peste les grands hôtels, luxueux — ou pas — caravansérails des bords de mer, qu’est né et s’est développé un nouveau type d’hôtellerie : celui des maisons d’hôte, des hôtels de charme, petites unités souvent confidentielles, où l’on est « comme chez des amis », mais en mieux.

Les pionniers du genre se sont aventurés dans les médinas traditionnelles, à Tunis, Sidi Bou Saïd, Tozeur, Jerba. Leur succès, confirmé par un bouche-à-oreille efficace, a fait que le mouvement a été très vite relayé. On en a vu naître et se multiplier, à la campagne, Zaghouan ou Mornag. A la mer bien sûr, Kélibia, Hammamet, Korba. Dans les villes historiques, au Kef, Utique, Mahdia. Il en ouvre tous les jours, la législation étant souple et l’investissement accessible. Il était temps de les recenser, Khedija Jellouli l’a fait pour les éditions Nexpress. En visant haut.

Dans ce livre, car c’est davantage un beau livre qu’un guide, elle privilégie les 20 « Maisons d’hôtes et hôtels de charme d’exception ». Du Nord au Sud de la Tunisie, des sables du désert aux rivages marins, à la ville et à la campagne, dans les médinas et dans les forêts, elle recense ces lieux où l’on offre aux voyageurs un art de vivre, une convivialité de bon aloi, une hospitalité chaleureuse, et une échappée vers un ailleurs autre que son quotidien. Les maisons qu’elle présente sont luxueuses, ou de sobre élégance, traditionnelles ou modernes, champêtres ou urbaines. Toutes ont un cachet particulier, une décoration originale, une spécificité. A Tozeur, on vivra dans un lodge perché dans les palmiers, à Matmata, on expérimentera l’habitat troglodyte. Dans la médina de Tunis, on jouera au prince et à la princesse dans de vieux palais bruissant de souvenirs. A Nabeul, on apprendra la poterie dans un four mis à disposition. A Mahdia, on s’initiera au couscous traditionnel après que les pêcheurs ont ramené la pêche du matin.

Vivre dans ces maisons, en général avec les maîtres des lieux, partager leur table, découvrir leur bibliothèque, mettre ses pas dans les leurs pour apprendre un pays est une expérience totalement différente. Ce qui explique le succès grandissant du concept, et partant, celui du livre. Joliment illustré, présentant une maquette aérée, un texte fluide, cet ouvrage est destiné à être réactualisé chaque année, au gré des nouveaux lieux. Que l’on espère nombreux.

Charger plus d'articles
Charger plus par Alya HAMZA
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *