Les professionnels de la filière lait qui inclut la production, la collecte et la distribution débrayeront les 18, 19 et 20 avril. Ces derniers qui en ont ras-le-bol que leurs revendications soient restées lettre morte dénoncent aujourd’hui l’attentisme des ministères du Commerce et de l’Agriculture malgré les nombreuses réunions qui ont eu lieu entre les syndicats des producteurs, des centres de collectes et de l’industrie laitière et ces institutions officielles au cours des dernières semaines. Les intervenants du secteur exigent, en effet, un alignement du coût à la production, à la collecte et à la distribution sur le prix du carburant, des intrants (alimentation….) qui n’a cessé d’augmenter ces dernières années, alourdissant les charges et les dépenses au niveau des divers maillons de la chaîne. Si l’absence d’augmentation du coût de la production et de fonctionnement au niveau des maillons de la chaîne laitière est maintenue, elle risque d’accroître les difficultés des professionnels qui ont vu leur marge bénéficiaire se rétrécir comme peau de chagrin ces dernières années.

Leur revendication est claire : pour que la filière laitière reste viable d’amont en aval, il faudrait augmenter respectivement de 100 millimes le coût à la production et de 70 millimes celui de la collecte et de la distribution (industrie laitière). «Nous nous sommes réunis avec les ministères du Commerce et de l’Agriculture afin de discuter de la nécessiter de réviser à la hausse le prix à la production ainsi que les autres coûts des maillons de la filière laitière au regard de la crise que traverse cette dernière et des difficultés que rencontrent les intervenants dans ce secteur, a relevé Hamza Laifi, le président du syndicat des centres de collecte. On nous a demandé de réaliser une étude et de présenter tout ce qui serait en mesure de justifier cette hausse des coûts au niveau de la filière. C’est ce nous avons fait. Nous n’avons obtenu jusqu’ici aucune réponse positive à nos revendications. Le ministère du Commerce n’a toujours pas approuvé la révision à la hausse des coûts au niveau des trois principaux maillons de la filière laitière ». Si leur revendication n’est pas satisfaite, les professionnels du secteur menacent de récidiver et de bloquer la production, la collecte et la distribution les 28, 29 et 30 avril.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire