Le week-end dernier, El Teatro a ouvert sa nouvelle saison, avec des enfants et des ados. Trois créations, les unes plus bouleversantes que les autres. “ Les Enfants Prodiges” encadrement et mise en scène de Mounir Laamari,
“ Dernière Minute” encadrement et mise en scène de Meriem ben Hssen et “ La Page Blanche” encadrement et mise en scène de Walid Ayadi.

Lieu d’agitation, de changement, de défi, d’insolence culturelle et artistique, El Teatro attise la curiosité, titille l’intelligence et chasse la bêtise et repousse les limites du conventionnel avec une nouvelle charte et un nouveau pacte citoyen pour sa 33e saison.
El Teatro affronte et exhibe ses atours, une dizaine de créations sans l’aide du contribuable, des écritures libres et libérées de toute tentations mercantiles, un écosystème qui se suffit à lui-même s’ouvre à l’intelligence et tourne le dos au bas de gamme.
C’est ainsi qu’ El teatro se présente, 33 ans depuis son ouverture, comme premier espace théâtral privé et indépendant. Depuis, de nouvelles têtes sont passées, d’autres reviennent, s’attachent au lieu et aux gens, s’approprie l’espace et en devient créateur. Toujours avec Taoufik Jebali et Zeineb Farhat, El Teatro a réussi à fédérer, discuter, proposer et définir de nouvelles pistes et sentiers.
Le week end dernier, El Teatro a ouvert sa nouvelle saison, avec des enfants et des ados. Trois créations, les unes plus bouleversantes que les autres. “ Les enfants Prodiges” encadrement et mise en scène de Mounir Laamari, “ Dernière Minute” encadrement et mise en scène de Meriem ben Hssen et “ La feuille blanche” encadrement et mise en scène de Walid Ayadi.
Trois créations montées et jouées par des enfants et des ados ont donné à voir un spectacle avec beaucoup de plaisir et d’émerveillement. Pour les enfants prodiges, l’univers qui leur est propre a nourri leur créativité, leur désir de sauver le monde, les personnages qu’ils interprètent reflètent leur réflexion. Nourri de films et de personnages de jeux vidéo, ils créent des super héros et placent l’éternel combat entre le bien et le mal au centre du jeu. Leur énergie débordante et la sensibilité de leur interprétation ont touché un public conquis d’avance. Concernent «Dernière minute» la création des plus grands (adolescents 2e niveau), l’approche est autre. Le questionnement existentiel est plus profond sur la société et ses jugements, le regard de l’autre, la différence, la passion et le théâtre. Ces jeunes exposent avec des personnages composés ce que le théâtre leur procure, interroge les limites et des barrières entre la fiction et le réel, entre le mensonge et le vrai. Voir le monde à travers le prisme du 4e. Se sentir maître de leur destin, capables de façonner le monde à leur manière et selon leurs visions de la vie et des autres. Une panoplie de personnages, du fantasque à l’exubérant, fit étalage d’un tas de sentiments qui font de ce travail un moment de tendresse et de sincérité.
«La Page Blanche», par les jeunes et les ados dirigés par Walid Ayadi, reste, à notre humble avis, un délice théâtral rare de par son écriture, la qualité du jeu et le traitement qu’on nous a offert.
La Page Blanche est la mise en abîme de l’auteur, une vision démultipliée et agrandie de la passion de l’écriture. Ces jeunes, qui se préparent à participer à un concours de «roman» avec à la clé un voyage à New York, nous proposent une pièce chorale où chaque auteur dévoile son univers. Les nombreuses situations que la mise en scène donne à voir ne manquent pas d’originalité et de finesse. Des personnages qui se rebellent contre leur auteur, la réalité qui rattrape la fiction et coupe le fil de l’inspiration, la dialectique entre deux visions du monde qui influe le cours de l’imaginaire, les voix intérieures qui appellent à la libération du style, les échanges et correspondances et l’invocation des esprits d’auteurs comme Tchekhov…
La Page Blanche est un travail intense qui présente aussi de jeunes acteurs de rare facture dans une fluidité de jeu et une présence scénique fort remarquable.
El Teatro, cet incubateur de talent et de créativité, poursuivra sa programmation avec de nouvelles créations signées Naoufel Azara, Haykel Rahali, Ammar Letifi, Khaoula EL Hadef, Ghassen Hafsia, Walid Ayadi et Amir Layoni… une programmation intense qui se poursuit jusqu’à la fin du mois de décembre.

Charger plus d'articles
Charger plus par Asma DRISSI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire