« La rationalisation des dépenses de la caisse de compensation telle que recommandée par le Fonds monétaire international (FMI) ne peut se faire qu’après l’augmentation des salaires des travailleurs, l’élimination de la pauvreté et la garantie des prestations sanitaires, du transport et autres services vitaux », a souligné vendredi Noureddine Tabboubi, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT).
S’exprimant à l’ouverture du congrès du syndicat des inspecteurs de l’enseignement secondaire tenu à Hammamet, Tabboubi a souligné la nécessité de placer un gouvernement national capable de mener des négociations responsables avec le FMI et qui tiennent compte des spécificités de la société tunisienne.
Il a, par ailleurs, appelé les syndicalistes à présenter dans les plus brefs délais le projet de l’UGTT pour la réforme éducative réalisé en concertation avec tous les intervenants.
Dans ce contexte, Tabboubi a mis l’accent sur l’importance du rôle des inspecteurs dans la garantie d’un enseignement de qualité.
S’agissant de la grève du secteur de transport du carburant, le responsable syndical a précisé que depuis six mois, l’UGTT a signé avec l’UTICA un accord sur l’augmentation salariale dans ce secteur qui n’a pas été mis en œuvre à ce jour.
A noter que dans une déclaration aux médias en marge du congrès, Tabboubi a exprimé son souhait de voir un front national modéré et élargi constitué pour aider le pays à sortir de la crise économique et sociale.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. riadh

    12/04/2019 à 21:54

    Beau discours, mais la partie sur « éliminer la pauvreté avant de ..blablaabla… » risque de durer 1000 ans ou plus. Or il y a urgence en Tunisie aujourd’hui! (et en plus, la baisse les subventions permet de mieux les cibler et d’enrichir tout les tunisiens (un propriétaire de 2 mercedes et d’une piscine profite 10 000 fois plus des subventions sur le pétrole et l’eau qu’un pauvre qui n’a pas de voiture ou de piscine).
    On peu créer un cercle vertueux en Tunisie si on y croit. un deficit en baisse, une activitée en hausse, des taxes en baisses mais des revenus fiscaux en hausse parce que l’activité et les investissements augmentent..etc.
    il faut pour cela de la confiance et dégager de la confiance, c’est à dire une vision. sinon pas d’IDE. Or laTunisie, note belle Tunisie aujourd’hui n’en à pas. Elle est bêtement déchirée entre islamistes et « autres ». Une perte de temps et d’argent énorme.

    L’UGTT est dépassée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *