Rebondir, c’est le mot d’ordre des Tunisiens à l’entame de la seconde étape à Hiroshima.

La Coupe du monde reprend ses droits avec le début de la seconde et ultime étape confiée à la ville de Hiroshima.
Ainsi, cette jolie ville avec ses gigantesques infrastructures sportives et sa passion pour le volley-ball sera le théâtre des trente-trois rencontres assez musclées pendant sept jours.
L’équipe de Tunisie s’est faite petite, en cumulant les défaites en cinq matches. Mais celle qui avait pris les dimensions d’une catastrophe, c’est la défaite contre le Japon.
Nos joueurs se sont effondrés pour se contenter d’un seul set remporté au cours de leur séjour à Fukuoka et zéro point au compteur. Les deux jours de repos ont été, à notre avis, assez suffisants pour secouer les joueurs et leur faire reprendre goût à la compétition.
Rebondir est le mot d’ordre pour les camarades de Hamza Nagua. Mais il faudra qu’ils soient complètement déterminés tout en évitant les maladresses et les flottements. Notre adversaire du jour est le Canada qui caracole à la neuvième place avec deux petites victoires (3 sets à deux) et trois défaites sur un score net.
Le reste des rencontres
de la Tunisie
A Hiroshima (2e étape)
Aujourd’hui
7h00 (HT) : Tunisie-Canada
Demain
6h00 : Tunisie-Iran
Vendredi 11 octobre
6h00 : Tunisie-Brésil
Samedi 12 octobre : repos
Dimanche 13 octobre
9h00 : Tunisie-Egypte
Lundi 14 octobre
9h00 : Tunisie-Australie
Mardi 15 octobre
6h00 : Tunisie-Russie

L’Afrique et la Coupe du monde
Le continent africain a été représenté en Coupe du monde par un seul pays durant les vingt premières années de sa création, précisément lors des éditions de 1969 et de 1981 par la Tunisie et 1985 par le Cameroun. La donne a changé depuis 1991 avec la participation de deux pays, puis un seul en 2011, alors que l’édition précédente de 2015 et celle en cours rassemblent de nouveau deux pays africains.
La Tunisie compte neuf présences en Coupe du monde, l’Egypte sept fois, l’Algérie et le Cameroun une seule fois.
Une première
D’habitude, Tokyo abrite une partie de la Coupe du monde, essentiellement les trois dernières journées et la cérémonie de clôture. Pour cette édition, ce n’est pas le cas. Motif : toutes les salles de la capitale sont en cours de rénovation en prévision des Jeux olympiques 2020.

T.H.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire