Nabil Karoui, président du parti « Cœur de la Tunisie », candidat au second tour des élections anticipées, a été libéré mercredi soir, à quatre jours du déroulement du scrutin, après avoir été incarcéré depuis le 23 août pour suspicion d’évasion fiscale et blanchiment d’argent.


Karoui qui a quitté la prison de Mornaguia au milieu d’un important dispositif de sécurité a été acclamé par une foule nombreuse composée de ses partisans et de certains citoyens, sans faire aucune déclaration aux médias devant la prison où s’étaient massés les journalistes.

Il était auparavant sorti de sa voiture, serrant la main de ceux qui l’attendaient devant la prison, brandissaient ses photos et lançaient des feux d’ artifice en l’air.
La Cour de cassation a ordonné, mercredi, sa libération, jugeant la requête déposée par le collectif de défense recevable sur le fond et la forme. La plus haute juridiction annule de ce fait la décision de la chambre d’accusation sans renvoi.
Le Collectif de défense de Nabil Karoui a annoncé mercredi avoir engagé une ‎procédure en référé auprès du Tribunal administratif pour ‎contester la décision de l’Instance supérieure indépendante ‎‎(ISIE) de maintenir la date du second tour de l’élection ‎présidentielle, prévue dimanche 13 octobre, et pour reporter la date du scrutin.‎
Kais Saied (18,4 %) et Nabil Karoui (15,58 %) sont arrivés premier et deuxième de la course à la présidentielle et devraient disputer dimanche prochain le deuxième tour.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire