« La prévalence des maladies cardiovasculaires est en augmentation sur un rythme alarmant », a prévenu samedi l’Association Tunisienne d’Étude & de Recherche sur l’Athérosclérose (ATERA) dans un communiqué publié après la tenue de son 6e congrès sur l’athérosclérose les 4 et 5 octobre 2019, à Tunis.

Le vieillissement de la population, le changement du mode de vie, le stress, le manque d’activité physique et la consommation du tabac sont les principales causes de cette augmentation, ajoute le communiqué signalant que ces maladies ont fait près de 17,5 millions de morts en 2012 soit 31 % de la mortalité mondiale totale.

D’après la même source, les principaux facteurs de risque de ces maladies sont le diabète, l’hypertension artérielle (HTA), l’obésité, la dyslipidémie et le tabac.

En 2010, le diabète touchait 6,6 % de la population adulte mondiale (soit 285 millions de personnes). On l’estime à 7,1 % en 2030, cite le communiqué.

En Tunisie, l’enquête transversale ATERA Survey menée par les professeurs Amani Kallel et Riadh Jemaa, président de l’ATERA, durant 3 ans (2016 à 2019) sur un échantillon de 12 000 sujets âgés de 25 à 75 ans, a montré que la prévalence globale du diabète est de 18.4 %.

Par ailleurs, on estime que plus d’un quart de la population mondiale adulte est hypertendu, et cette proportion devrait atteindre le tiers de la population à l’horizon 2025, soit près de 1,6 milliard de sujets hypertendus.

Selon le communiqué, les données statistiques collectées, dans le cadre de l’enquête ATERA Survey, préparent le terrain pour mettre en place trois actions majeures visant à prévenir contre l’explosion épidémiologique des maladies cardio-vasculaires.

Il s’agit, en premier lieu, de consolider la formation scientifique continue par la mise en place d’une formation avancée sur la dyslipidémie proposée, sous forme d’e-Learning aux professionnels de la santé et en particulier aux médecins de famille pour leur rôle central dans la prévention cardio-vasculaire. Une action qui a été soutenue par les Laboratoires SAIPH.

En second lieu, il s’agit d’élaborer un plan d’éducation thérapeutique innovateur, par la conception de tout un programme durable de sensibilisation  » AraieQ ».

En troisième lieu, il convient d’amorcer un premier véritable projet de télémédecine dans le téléconseil et la télésurveillance pour aider les patients à risque à adopter les bonnes pratiques d’hygiène de vie :  » eAraieQ « 

L’association rappelle que la prévention cardiovasculaire constitue un objectif d’action principal des décideurs des politiques de santé et des professionnels du secteur vu sa répercussion indéniable dans la mortalité et la morbidité en Tunisie et plus généralement dans le monde.

À noter que le congrès de l’ATERA, plusieurs thèmes d’actualité ont été à l’ordre du jour, comme la dyslipidémie, le diabète, l’hypertension et leur rôle dans les pathologies cardiovasculaires.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire