Le ministère public à Nabeul a décidé de déférer, lundi, devant la justice, un nouvel élu aux législatives du 6 octobre 2019, pour suspicion de harcèlement sexuel et outrage public à la pudeur, fait savoir,  le substitut du procureur de la République à Nabeul, porte-parole du tribunal de première instance, Karim Boulila.

Cette décision a été prise, conformément aux articles 226 et 226 bis du code pénal, à la lumière des investigations menées par la brigade de police judiciaire à Nabeul et suite à une plainte déposée par une jeune fille de 19 ans.

Le ministère public s’était saisi de l’affaire, sur la base de données et de photos relayées, sur les réseaux sociaux, concernant une suspicion de harcèlement sexuel, dont aurait fait l’objet une élève, près d’un lycée à Dar Chaâbane El Fehri.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire