Dernière cartouche à coup sûr pour la «Zliza» afin de sortir de la queue du peloton et de continuer à entretenir le mince espoir de sauver sa peau en Ligue 1.
Pour l’ASG, même s’il est encore tôt pour se prononcer catégoriquement, c’est logiquement le match de la dernière chance. Kaïs Zouaghi, qui a écopé de deux matches d’interdiction de banc après son expulsion lors de la rencontre avec l’Espérance pour protestations jugées trop exagérées envers un arbitre qui a brillé, lui, par son incapacité à diriger correctement un débat qui a fini par lui échapper, sait qu’il joue, cet après-midi, l’une de ses dernières cartes. C’est son frère Chaker qui aura la lourde tâche de diriger l’équipe sur le banc de touche et de veiller à la bonne application tactique sur le terrain et de la recherche intelligente des 3 points du soulagement et du répit en attendant les autres virages importants du parcours et des jours meilleurs.

Cela coïncide malheureusement avec un derby des plus chauds devant un voisin concerné également par le résultat et qui n’est pas, lui non plus, dans de meilleures conditions. «Nous sommes devant l’obligation de l’emporter, de ne pas jouer à l’économie avec le frein en main, de prendre beaucoup d’initiatives, avoue le coach principal qui sera spectateur sur les gradins. Bien sûr que ce sera à double tranchant, à quitte ou double mais à chaque chose malheur est bon. Si nous sommes dans une telle situation alarmante, c’est parce que principalement nous avons joué souvent contre nature, trop défensifs, trop économes alors que nous avons le potentiel et les qualités techniques pour jouer haut et être plus présents et plus pesants dans notre compartiment offensif. Cette fois, par obligation, nous sommes forcés à revenir à cette générosité  dans l’effort et dans le jeu, à frapper fort devant. Tant mieux pour nous. Car ça ne peut que nous mener vers un succès impératif, le plus précieux de la saison».

Une bouffée d’optimisme nécessaire dans une atmosphère lourde et pesante surtout que les frères Zouaghi peuvent compter sur Ben Brahim, côté droit de la défense, Skander Agrebi comme sentinelle au milieu de terrain et Seïfeddine Jerbi comme pourvoyeur de ballon pour le duo Dramé-Médina.

H.J.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *