Le rhumatisme chronique touche 2% des Tunisiens. En l’absence d’un traitement adapté, l’état de santé du malade peut se détériorer selon le président de l’association tunisienne des rhumatisants (ATR), Sadok Zarrouk.

Dans une déclaration aux médias en marge d’une rencontre organisée, dimanche à Tunis par l’ATR à l’occasion de la journée mondiale contre les rhumatismes célébrée le 12 octobre de chaque année, Zarrouk a fait savoir que l’association propose des programmes de sensibilisation aux patients souffrant d’arthrite.

Il a ajouté que l’association a choisi d’axer cette rencontre sur le rhumatisme chronique qui peut entraîner une déformation de la colonne vertébrale et des douleurs chroniques.

Selon l’orateur, cette maladie peut toucher tous les groupes d’âge et le facteur génétique peut en être l’une des causes, soulignant que le traitement de l’arthrite chronique contribue à éviter la dégradation de l’état de santé du malade.

Le traitement du rhumatisme consiste, a-t-il dit, en l’administration de médicaments, en des soins de kinésithérapie, cures thermales ou thalassothérapie, ajoutant que l’absence de prise en charge thérapeutique peut avoir de graves conséquences (état dépressif, complications de l’état de santé).

Il a mis l’accent sur l’importance d’un traitement précoce du rhumatisme dès l’apparition des premiers signes de la maladie (douleur articulaire, fièvre, difficultés motrices).

De son côté, le porte-parole de l’ATR, Fayçal Ben Abda a fait savoir que l’association envisage d’organiser des excursions à des fins thérapeutiques pour permettre aux malades de profiter des bienfaits des sources thermales, appelant la caisse nationale d’assurance maladie à rembourser une partie des frais de soins.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire