Ouverture d’une enquête sur les déclarations d’un capitaine de police sur l’existence de plans terroristes et d’un dépôt d’armes à Ouardanine.

Le porte-parole du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme et du Tribunal de première instance de Tunis, Sofiene selliti a déclaré lundi que le parquet relevant du Pôle a ordonné l’ouverture d’une enquête sur les déclarations faites par le capitaine de police le week-end dernier.

Ce dernier avait fait part de l’existence de plans terroristes et d’un dépôt d’armes à Ouardanine (gouvernorat de Monastir).

Le juge d’instruction du Pôle s’est saisi du dossier, a indiqué Selliti .

Selliti avait relevé dans des déclarations médiatiques précédentes que le contenu de la vidéo publiée par le capitaine de police et deux autres personnes sur les réseaux sociaux était « infondé et erroné pouvant perturber l’ordre public ».

Selon lui, toutes les parties concernées par les données publiées ont été auditionnées le week-end dernier.

Dans un communiqué rendu public vendredi dernier, le ministère de l’Intérieur a qualifié d' »infondées » les déclarations faites par un affilié à la Direction générale de la Garde nationale révélant la découverte d’un dépôt d’armes à Ouardanine (gouvernorat de Monastir) et l’existence de plans terroristes.

Selon le ministère, ce policier n’appartient pas au corps spécialisé dans la lutte antiterroriste ou à l’unité compétente de la Garde nationale et était actuellement en congé de maladie.

Il avait été entendu par la Direction sur des déclarations précédentes et une enquête administrative avait été ouverte à cet effet, a ajouté le communiqué.

Dans une vidéo diffusée vendredi sur le réseau social Facebook, un capitaine du district de la sécurité nationale à Sousse évoquait la découverte d’un dépôt d’armes à Ouardanine et l’existence de plans terroristes.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire