Nécessité d’unifier les rangs dispersés des associations des anciens handballeurs.

Le palais des sports d’El Menzah a récemment retrouvé ses vieilles sensations et couleurs des années 70-80, à l’occasion d’un tournoi des vétérans tenu à l’initiative des anciens du Club Africain, un groupe de nostalgiques inconditionnels composé de Chedli El Gaied, Raouf Ben Samir, Chaker Khnissi et Mohamed Bleich.
Ce rassemblement rare par son ampleur nous a valu des retrouvailles émouvantes ,en voyant se croiser des générations et des générations de joueurs, qui le crâne dégarni, qui les cheveux gris. Non, ce fut un très grand plaisir pour l’assistance nombreuse de rouvrir des albums de souvenirs, de feuilleter les pages jamais fanées d’un passé glorieux et, par là, de revoir à l’œuvre de beaux restes handballistiques, témoins d’une époque inoubliable.
De nombreuses anciennes gloires, de Moncef Besbes à Ali Madi, en passant par Jihed Azaiez, Karim Zaghouani, Kamel Idir et autres Fathallah Nabil, Mohamed Kanzari, Riadh Sanaa, Bechir Belhaj, Slah Deguechi, Faycel Ben Jaafar étaient tous de la fête à laquelle ont pris part pas moins de 16 équipes venues de Sousse, Hammamet, Moknine, Sfax, Beni Khiar, Bizerte, Tebourba et le Grand-Tunis.
Étalées sur toute une journée, ces retrouvailles se sont déroulées dans une ambiance de joie et de convivialité, le tout doublé d’une organisation impeccable qui n’a rien laissé au hasard.
Faste sera la cérémonie de clôture rehaussée par la présence du président de Fthb, Mourad Mestiri, et l’ex-ministre de la Jeunesse et des sports, Maher Ben Dhia, qui ont procédé à la distribution de trophées honorant une pléiade d’anciennes célébrités de notre handball, dont l’ex-patron de la Fédération, Yassine Boudhina, récompensé pour son record de 45 ans de loyaux services rendus à ce sport en Tunisie.

L’union sacrée
Autant nous saluons l’éclatant succès de cette manifestation, autant nous déplorons l’absence des représentants des autres associations des vétérans.
Et dire que le nombre de celles -ci ne cesse d’augmenter, provoquant une cassure presque totale entre elles. En Algérie et en Égypte, pour prendre un exemple près de chez nous, ce foisonnement n’existe pas, tout simplement parce qu’il n’y a qu’une seule structure unifiant les rangs des anciens handballeurs.
Dans nos murs, cette expérience a été bel et bien lancée à l’initiative de l’ex -bombardier du CA ,Jihed Azaiez. Mais, dès que le nouveau -né a commencé à marcher et à faire parler de lui, il fut brusquement freiné dans son élan, avant d’être abandonné par les siens. Pourquoi donc ne pas œuvrer en vue de ressusciter cette amicale sous la bannière de laquelle viendront cohabiter, en front soudé, les associations existantes actuellement ?

Mohsen ZRIBI

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire