L’actrice italienne, la volcanique Anna Magnani, qui a marqué le cinéma mondial par sa présence, est l’héroïne d’un documentaire «La passion d’Anna Magnani» d’Enrico Cerasuolo, projeté dans le cadre du panorama du cinéma international à la 41e édition du Festival international du film du Caire.


Le film retrace le parcours mouvementé de cette actrice devenue une icône grâce au chef-d’œuvre du néoréalisme italien «Rome ville ouverte» de Roberto Rossellini.
C’était l’âge d’or du cinéma italien avec des réalisateurs comme Federico Fellini, Vittorio De Sica, Pier Paolo Pasolini et d’autres gros calibres qui ont fait appel à cette magnifique star. Elle a illuminé par sa présence des films comme «Stromboli», «Vulcano», etc. Son fils témoigne de ce que fut sa mère et de ses tourments avec des réalisateurs dont Roberto Rosselini qui l’a délaissée pour Ingrid Bergman. Mais cette mère courage des écrans a réussi à faire une carrière internationale notamment aux USA où elle a joué aux côtés des plus grands acteurs : Marlon Brando, Antony Queen, adoptant la méthode actor’s studio et apportant aussi sa touche personnelle.

Portrait ou saga, en tout cas, le film ne s’est pas contenté de rendre compte de l’image édulcorée de la star italienne mais d’évoquer la guerre des ego qui l’opposait à ses rivales dont le talent est immense. Le film en noir et blanc montre une Anna Magnani, le visage inquiétant telle une tragédienne grecque. Elle a fait triompher le néoréalisme italien grâce notamment à une scène reprise deux fois dans le documentaire ; celle de la course folle où elle trébuche et tombe. Grâce à ce film, elle a révolutionné l’image de la femme. Son jeu explosif lui a valu un Oscar hollywoodien et elle restera la première actrice italienne à obtenir une telle consécration.

«La passion d’Anna Magnani» s’appuie sur des archives inédites puisées notamment dans les fonds de l’Institut Luce et ceux aussi de la RAI : extraits de shows télévisés, d’interviews et d’extraits de films marquants. L’actrice a marqué en lettres d’or l’histoire du cinéma italien.

Charger plus d'articles
Charger plus par Neila GHARBI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire