Les membres du Conseil de la choura d’Ennahdha ont décidé de renouveler, à l’issue d’une session exceptionnelle de leur institution, leur confiance au chef du gouvernement désigné Habib Jemli en vue de la formation du prochain gouvernement qui sera «un gouvernement de réforme et de réalisation, politiquement solide», comme a tenu à le préciser Abdelkrim Harouni, président du Conseil.

Ainsi, les choses sont clarifiées : Habib Jemli poursuivra ses consultations «avec les différentes forces politiques concernées par la formation du gouvernement appelées à faire des concessions et à accélérer les négociations afin de former ce gouvernement», ajoute encore Abdelkrim Harouni.

Un ajout chargé de signification qui pourrait être saisi comme un appel, peut-être le dernier, à certains alliés qui campent toujours sur leurs positions initiales (Attayar qui exige deux ministères de souveraineté qu’Ennahdha cherche à mettre à l’abri des quotas partisans) pour qu’ils se rendent à l’évidence et comprennent qu’il y a des exigences qu’Ennahdha ne pourrait satisfaire au risque de perdre de sa crédibilité, plus particulièrement auprès de sa base.

Un ajout qui peut paraître aussi comme un avertissement adressé par Ennahdha à ses alliés qui se comportent d’une façon démesurée et non conforme à leur véritable poids sur la scène politique, oubliant que leurs pressions et leurs doléances excessives peuvent amener le parti nahdhaoui à réviser, à travers Habib Jemli, ses alliances et opter pour d’autres alliés dont la présence est influente dans le paysage parlementaire et qui sont disposés à jouer le jeu afin que prévale l’intérêt supérieur du pays.

C’est le cas de Qalb Tounès, qui fait partie, comme le souligne clairement Abdelkrim Harouni, «du paysage politique et possède un bloc parlementaire influent qui ne peut être exclu et avec lequel on peut interagir», même si Ennahdha reste toujours attaché à sa position concernant la non-participation de Qalb Tounès au prochain gouvernement.

Faut-il comprendre que petite phrase du président du Conseil de la choura concernant la possibilité «d’interagir avec Qalb Tounès» comme un feu vert accordé à Habib Jemli pour poursuivre ses consultations avec les lieutenants de Nabil Karoui qui pourraient constituer l’alternative à ces alliés qui commencent à lasser Ennahdha par leurs revendications exagérées ?

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
  • assemblée des représentants du peuple

    Un vote, des retombées

    La défaite essuyée, mardi 10 décembre, par Ennahdha au palais du Bardo en voyant les déput…
  • L’Assemblée s’assure la vedette

    Les efforts surdimensionnés que réserve le chef du gouvernement désigné à la constitution …
  • Crise des valeurs

    Le bloc du PDL a finalement décidé de lever le sit-in entamé depuis le 3 décembre au Palai…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire