L’industrie des composants aéronautiques a connu, certes, des progrès en Tunisie grâce à l’installation de plusieurs unités de fabrication de renommée internationale. Cependant, le taux d’intégration de cette industrie demeure encore faible dans la mesure où le taux d’importation des matières premières est important. D’où la nécessité de concentrer les efforts pour les travaux de recherche et de développement en partenariat avec les firmes étrangères.


La Tunisie est entrée de plain-pied dans l’industrie aéronautique qui se caractérise par ses composants à haute valeur ajoutée, et ce, grâce à des partenariats avec de grandes firmes internationales spécialisées dans la fabrication des avions. Intéger ce genre d’industrie exige la mise à disponibilité de ressources humaines hautement qualifiées ainsi que des moyens logistiques et de travail efficaces. La zone Méghira est aménagée pour cette industrie qui était absente sur le territoire tunisien, quelques années plus tôt.

Les autorités publiques tunisiennes ont voulu intéger cette industrie pour hisser le niveau de notre industrie et augmenter sa valeur ajoutée. Ces composants étant commandés par les compagnies aériennes les plus célèbres, ils sont commercialisés facilement et procurent à notre économie des ressources en devises. Les responsables de ces compagnies font ainsi confiance aux compétences tunisiennes chargées d’effectuer les différentes opérations de fabrication selon les normes et les standards internationaux les plus avancés.

Une expansion impressionnante
Au fil des années, le secteur aéronautique en Tunisie a connu une expansion impressionnate avec la création de nouvelles unités de production orientées vers l’exportation. En une décennie, le secteur s’est imposé sur la scène nationale et internationale dans la mesure où l’on compte près de 81 entreprises employant plus de 17.000 personnes. La formation occupe une place de choix dans ce secteur où l’erreur n’est pas tolérée. Les spécialistes bien formés doivent, en effet, être précis et efficients pour produire conformément aux normes et exigences des clients.
Parmi les entreprises opérant dans le secteur, on peut citer, à titre d’exemple, Latecoere, Sabena Technics, Zodiac Aerospace et Stelia du groupe Eads. Toutes ces marques ont une réputation internationale et travaillent pour les grandes compagnies aériennes installées dans plusieurs pays du monde. Avec l’open sky qui est déjà adopté par plusieurs Etats européens, la demande en avions et donc en pièces de rechange est devenu plus grande, ce qui garantit une activité soutenue au cours des années à venir.

Des activités à haute valeur ajoutée faisant appel à l’intelligence artificielle sont menées chaque jour. Les travaux de recherche/développement sont également à l’ordre du jour dans un secteur qui se veut innovant et créatif. Les ingénieurs essayent toujours de trouver de nouvelles fonctions pour plus de confort, de sécurité et d’économie d’énergie. L’ingénierie software/hardware, la production des systèmes aéronautiques, le décolletage et l’usinage de haute précision sont parmi les activités menées dans les unités de production tunisiennes qui ont la possibilité de se développer davantage au cours des années à venir.

L’Union européenne en première position
Le secteur de l’aéronautique exporte près de 70% de sa production vers l’Union européenne, qui demeure notre premier partenaire. C’est d’ailleurs dans ce marché que se trouvent les plus grandes compagnies internationales aériennes. En tout cas, le marché de l’aéronautique dans le monde se caractérise par une rude concurrence dans la mesure où plusieurs pays, y compris en Asie et en Amérique, ont lancé des projets de fabrication de composants aéronautiques. Il va sans dire que le taux d’intégration nationale de ces composants est très faible en Tunisie dans la mesure où les matières premières et les produits semi-finis proviennent des pays étrangers.

Un jour, on va atteindre sans doute, un taux d’intégration plus important grâce aux travaux de recherche et de développement effectués par des ingénieurs et des chercheurs tunisiens. Il serait possible ainsi de passer de la sous-traitance à la cotraitance et au produit fini comme ce fut le cas pour le secteur du textile-habillement. D’après les chiffres disponibles, l’exportation de produits et services de l’aéronautique en Tunisie est en constante augmentation, ce qui constitue un motif de fierté.

A noter que les principaux produits exportés sont les ensembles électriques, les composants électroniques, les équipements et systèmes aéronautiques, les pièces mécaniques de précision, les pièces en tôlerie fine, les pièces en plastique technique, les logiciels informatiques, le câblage (assemblage de sous-ensembles électroniques), le traitement de surface et la peinture. Des unités sont mobilisées pour fournir tous ces produits et composants dans les délais impartis aux compagnies aériennes. Les compétences recrutées dans ces unités sont d’un haut niveau et font preuve de motivation pour tenir la barre de la qualité toujours haute.

Quant aux importations du secteur concernent essentiellement les outils de production (machines) et les matières premières telles que l’aluminium en plaques, les lingots et barres, les alliages de cuivre, les produits en acier inoxydable, les plaques et feuilles de caoutchouc, et les composites. De telles importations nécessitent évidemment des fonds en devises que les industriels sont obligés de débourser en vue de se procurer les matières premières du marché international qui pratiquent des prix en constante fluctuation.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire