Une mise en scène où la vidéo, le son, la scénographie et la lumière jouent à parts égales avec les acteurs.


L’Institut français de Tunisie s’associe à la 21e édition des Journées théâtrales de Carthage (JTC 2019), qui se tient du 7 au 15 décembre, pour présenter la célèbre pièce de théâtre «Pelléas et Mélisande» de Maurice Maeterlinck, mise en scène par Julie Duclos. La représentation sera abritée par la Cité de la culture le dimanche 8 décembre à 19h00.

Accueillie avec succès au festival d’Avignon l’été dernier, la pièce, qui est une adaptation de l’une des grandes œuvres du théâtre symboliste, propose une mise en scène où la vidéo, le son, la scénographie et la lumière jouent à parts égales avec les acteurs.
Derrière cette nouvelle proposition de l’œuvre créée en 1893, l’on retrouve Julie Duclos, comédienne de formation au Conservatoire national supérieur d’art dramatique. Aujourd’hui metteuse en scène mais aussi passionnée de cinéma, elle mélange les supports pour donner une nouvelle dimension à la pièce de Maurice Maeterlinck, poète, dramaturge et essayiste du XXe siècle, qui pense le théâtre comme un théâtre de l’âme face au destin, et dont le symbolisme serait la forme la plus poétique pour déchiffrer le monde au-delà des apparences.

Alix Riemer dans le rôle de Mélisande et Matthieu Sampeur dans celui de Pelléas pour nous jouer, sur la scène du Théâtre des régions à la Cité de la culture, les actes de ce drame intemporel : Mélisande est retrouvée dans la forêt par Golaud. Il va s’occuper d’elle et l’épouser. Il l’emmène dans le château de son grand-père, le roi Arkël, où elle va tomber amoureuse de Pelléas, le petit frère de Golaud. Et réciproquement. Un amour interdit.

On retrouve la structure classique du trio amoureux, ici dénué d’enjeux bourgeois, c’est l’histoire d’un amour tragique, loin de la «petite affaire personnelle» ou de la petite histoire. C’est la rencontre de deux solitudes, deux êtres qui n’étaient pas voués à se rencontrer. A ne pas rater

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire