Il est la première cause de mortalité dans le monde, il est à l’origine de plusieurs maladies « mortelles » et  provoque le vieillissement prématuré  de la peau, et impacte la beauté  féminine … et pourtant, un bon nombre de personnes continuent de le consommer, parfois sans modération…On parle de la cigarette, de ce paquet que l’on porte avec soi là où l’on va. Le tabagisme est très répandu autant chez la gent masculine que féminine aujourd’hui. Reportage…

Nous étions dans les couloirs de la faculté des lettres, devant la salle d’examen. Asma devrait rejoindre la salle pour passer son épreuve, mais avant d’entrer, elle profite de  quelques minutes pour fumer la dernière cigarette. Entre ses doigts, elle tenait soigneusement sa clope, son remède « anti-stress », comme elle le définissait.  Asma, qui n’a que 24 ans, avait pris l’habitude depuis des années de fumer à chaque fois une cigarette pour évacuer son stress, ou tout simplement pour savourer son café du matin en allumant sa cigarette et en aspirant sa fumée. Asma, qui est devenue très dépendante de la cigarette, nous raconte ses débuts, sa première cigarette mise à la bouche  et toutes les circonstances qui l’ont poussée à apprendre cette mauvaise habitude. « Quand j’ai intégré la faculté, après avoir eu mon bac, j’ai découvert le monde estudiantin, les sorties en groupe avec des camarades de classe, les cafés et les salons de thé… Ma première cigarette, je l’ai fumée avec une amie à moi, et ce n’était au début qu’une pure curiosité, pour voir ce que peut provoquer chez moi une cigarette  mise à la bouche. Le plaisir y était. Nous étions, mon amie et moi, très contentes d’avoir osé allumer une clope devant tout le monde dans un salon de thé.  Au départ, nous avons commencé  fumer en cachette, dans les toilettes de notre établissement avant de prendre notre courage à deux mains et de nous afficher avec une cigarette entre les doigts devant tout le monde. J’ai commencé à fumer juste quelques cigarettes par jour, sans dépasser tout un paquet mais, avec le temps, c’est devenu une habitude et je suis devenue une «grande» fumeuse. Ma consommation quotidienne de ce «poison» peut dépasser la vingtaine de cigarettes», a témoigné Asma, qui, malgré sa conscience de tous les  dangers du tabagisme sur la santé de l’être humain,  ne compte pas arrêter  cette  aventure et se débarrasser de cette mauvaise habitude.

Idem pour Rana . Cette étudiante, que nous avons rencontrée dans la buvette de la  même faculté, est une vraie « amoureuse » de la cigarette. Sauf que, cette dernière, à la différence d’Asma, a commencé sa grande amitié et carrière  avec la cigarette depuis qu’elle était collégienne. C’est presque toujours la même histoire  pour tous les fumeurs et fumeuses : on essaye sa première  cigarette pour le plaisir avant qu’elle devienne par la suite une habitude, une vraie addiction  de  laquelle on ne peut plus se débarrasser. « J’ai à commencé  fumer  l’âge de 13 ans, quand j’étais encore collégienne. A l’époque, je devais tout faire pour cacher les traces, l’odeur de la fumée qui colle sur mes vêtements, sur mes cheveux à ma mère  en rentrant chez moi. Ma consommation se limitait juste pendant les heures que je passe au collège. Mais après, la situation a changé et ma consommation  de la cigarette a aussi changé. Après mon bac, j’ai dû intégrer une faculté loin de ma ville natale et j’ai dû m’inscrire dans un foyer universitaire. Du coup, plus de liberté, donc plus de cigarettes ! Ma consommation est passée de quelques cigarettes pendant la journée à d’autres cigarettes avant de dormir…», nous explique Rana.

Et de renchérir: «Ma relation avec la cigarette est devenue tellement machinale que je ne peux pas passer une seule heure sans en avoir une à la bouche. D’ailleurs, dans les moments les plus stressants, je peux dépasser les deux paquets de cigarettes par jour… Aujourd’hui, même si  je me rends bien compte des dangers réels que peut provoquer la cigarette du moins sur ma peau, mes yeux et ma beauté, je ne compte pas m’arrêter tout de suite. Le jour où je déciderai de le faire je devrais absolument trouver une autre compensation du manque de nicotine lors de son arrêt définitif.

Je pratiquerai peut-être du sport pour pouvoir rompre définitivement mon  histoire avec la clope». Nous avons laissé Rana savourer son café et fumer sa cigarette tranquillement et nous nous sommes dirigés vers un autre fumeur, un autre étudiant. Il s’agit de  Khalil, lui aussi étudiant inscrit en première année master. Lui aussi a toute une histoire avec le tabac à nous raconter. Khalil a été élevé dans une famille fumeuse. Son père, ses oncles et ses grands-parents  sont de grands adeptes de la cigarette.

Ce jeune homme, et pour imiter son père,  a essayé sa première cigarette à l’âge de 12 ans quand il était encore à l’école. Mais bien avant cela, Khalil, un peu moins âgé, a même essayé d’allumer et de fumer les mégots de cigarettes qu’il trouvait dans le cendrier de son père. Et depuis, il n’a pas pu se débarrasser de la clope qui l’a accompagné durant toute sa jeunesse.  Aujourd’hui, Khalil est très tenté par l’essai de la cigarette électronique ou le vape pour leurs effets moins néfastes que la cigarette.

Tous les fumeurs le savent, la cigarette est un véritable danger sur la santé de l’être humain. Quels sont ces dangers ? Dr Habib Mansour, médecin généraliste, nous  éclaire sur quelques effets néfastes. «Les dangers du tabac sur la santé de l’être humain touchent les hommes et les femmes fumeurs et fumeuses. Le tabac peut provoquer tous types de cancer, en particulier celui des poumons, mais aussi le cancer de la bouche, de la gorge…

Le tabac peut être la cause de l’apparition de certaines maladies cardio-vasculaires, les accidents (AVC), les infarctus. Ses dangers ne se limitent pas uniquement à ce stade, mais peuvent toucher la fertilité de la femme, ainsi que sa beauté. Le tabac a notamment des impacts sur les yeux, les cheveux, les dents et provoque le vieillissement prématuré de la peau», précise Dr Mansour.  Et pour terminer, le médecin ajoute que les grands fumeurs risquent d’attraper ces maladies plus que ceux qui la consomment avec modération malgré que, dès les premiers mois de consommation de la cigarette, on  commence à voir déjà les dégâts.

Charger plus d'articles
Charger plus par Hela SAYADI
Charger plus dans Magazine La Presse

Laisser un commentaire