L’actrice Hend Sabry, marraine du «Gabès Cinéma Fen», est partie à la rencontre des étudiants de l’Institut supérieur des arts et métiers à Gabès pour animer un masterclass dans un amphithéâtre bondé d’étudiants curieux, de journalistes et de festivaliers. Elle est revenue sur ses débuts, et son immersion dans l’univers du 7e art, tout en se focalisant sur son ascension, le rapport acteur-directeur d’acteurs et son parcours singulier.

Votre carrière a démarré sur les chapeaux de roues grâce à Moufida Tlatli et son film tunisien culte « Le silence des Palais ». La réalisatrice tunisienne vous a grandement aidée à vous insérer dans le milieu. A cet âge-là, vous étiez encore jeune adolescente. Parlez-nous de vos débuts dans le cinéma ?
« Le silence des Palais » était une aventure magique. Un an de pur bonheur. J’étais fascinée par le monde du cinéma, et je me faisais diriger pour la première fois par une réalisatrice. J’apprenais à peine les ficelles de la direction d’acteurs. J’ai également pu apprendre la maîtrise de l’éclairage, de la lumière, des intuitions d’un acteur derrière la caméra. Les premiers réflexes, je les ai appris sous la houlette de Moufida Tlatli et en ayant aussi une idée approfondie sur le travail de Youssef Ben Youssef (directeur de photographies décédé).
Le travail en équipe s’apprenait à cette étape-là : chacun d’entre nous apportait sa pierre à l’édifice. La dynamique qui se crée sur un plateau de tournage est indispensable. C’était quand j’avais 15 ans, je sillonnais déjà les festivals de cinéma dans le monde. Je découvrais cet univers, et en tant qu’actrice qui apprenait tout juste, je devenais « égoïste », mon ego enflait, je le dis en toute franchise. Les lumières des projecteurs influencent notre rapport à l’autre et à soi-même. Chaque personne connue du grand public peut l’affirmer, et dans mon cas, j’avais l’impression de tout savoir, tout maîtriser, de régner. A cette époque-là, ma relation avec le cinéma fut ambiguë et ce malaise a quand même persisté parce que j’ai commencé très tôt, d’après moi. Le fait d’enchaîner les tournages, qui prenaient fin aussitôt après, m’ébranlait : on rencontre une nouvelle famille sur le plateau, on vit avec et on voit tout le monde partir après. Emotionnellement, ce n’était pas évident. Une pause de quelques années après mes débuts était donc nécessaire. Je n’ai fait qu’un seul téléfilm français en 5 ans. J’ai eu mon bac et j’ai repris le cours de ma vie…

Jusqu’aux retrouvailles avec Moufida Tlatli, et son film « La saison des hommes ». Entre actrice et réalisateur, vos rapports étaient étroits. Comment a été vécue votre collaboration par la suite ?
En parler est nécessaire, en effet. Je lui tire mon chapeau ! C’était la toute première directrice d’acteurs, et je pense que ce n’était pas évident pour elle de me diriger en me décontextualisant de mon environnement, de mon mode de vie, de mon entourage. C’était profond comme approche et elle reste à mes yeux l’une des figures les plus importantes que j’ai eu à connaître dans ma carrière : elle tire son talent de sa maîtrise du montage. Sa relation avec les acteurs s’entretenait donc initialement derrière des écrans.
Elle assistait à des répétitions et savait quand un acteur faisait une bonne prise ou une mauvaise prise : l’acteur, il faut le citer, sait quand il fait une bonne ou une mauvaise prise avant le réalisateur, c’est comme une sauce : elle prend ou elle prend pas. Une intuition. Et elle, en tant que monteuse, elle sentait ça aussi.
Elle savait qu’un acteur aussi ne pouvait percer que grâce à une certaine bienveillance, et à l’amour. Si l’acteur ne ressent pas ça envers un réalisateur, c’est perdu : toute cette énergie positive, elle se reflète dans le travail de l’acteur et son interprétation. Moufida était tactile, elle m’a couvert et m’a redonné confiance en moi, elle était maternelle. Lorsque je ne me suis pas sentie jugée, j’ai pu avancer. L’acteur ne peut devenir acteur qu’en acceptant d’être jugé.

Donc, finalement qu’est-ce qu’une direction d’acteur, d’après vous ?
On ne peut pas généraliser. L’interaction n’est pas la même d’un acteur à un autre : les acteurs ne se ressemblent pas, c’est au cas par cas : tout dépend du vécu de chacun, de ses références, de sa personnalité. C’est fluide. Les acteurs ne réagissent pas de la même manière. L’intimité, le partage et l’échange définissent la direction d’acteurs et Moufida Tlatli m’a appris que le cinéma est « une affaire intime ». C’est comme ça que personnellement, j’aime être dirigée. On ne peut clairement pas faire un film sans amour.

Cette bienveillance a-t-elle été toujours présente dans votre carrière ?
Evidemment que non ! Comme je le disais, c’est une relation en dents de scie, sur plusieurs niveaux. Il s’agit d’une relation de travail sérieuse à la base, mais après il peut y avoir des rivalités, une guerre d’ego, une peur de l’acteur, des fois, ces inimitiés et ces relations toxiques prennent le dessus, et ça peut aller jusqu’à l’affrontement.

L’avez-vous vécu ?
Une fois, oui. Peut-être deux. (Rire) On m’a explicitement dit une fois : « Vous êtes des acteurs, il faut qu’on vous casse pour que vous avanciez ». Il y a des réalisateurs qui ont eu des palmes d’or à Cannes et qui peuvent se permettre de réagir de la sorte.
C’est l’aspect humain qui est en jeu! Pour l’aspect créatif, les situations peuvent être immondes. Je fais en sorte de ne pas me mettre dans une situation rabaissante, malgré tout. Je souligne le regard sur l’humain, ou plus précisément sur la femme.

Toutes les réalisatrices procèdent-elles de la même manière ?
Non, ça diffère complètement. Avec l’Egyptienne Inès Dghidi par exemple, ma relation fut professionnelle et le côté humain était inexistant. Avec Hind Boujemaâ sur son dernier film qui sort bientôt, j’ai retrouvé ce bien-être. Avec Moufida, on philosophait carrément.
Les réalisatrices sont plus empathiques envers les acteurs que les hommes : la femme réalisatrice vous cerne plus rapidement et c’est aussi important dans la direction d’acteurs. Les réalisateurs avec lesquels je me suis entendue sont très empathiques.

Comment se font tes choix de rôles ?
La priorité, c’est le personnage qui est le fruit d’une écriture scénaristique, de la vision d’un réalisateur et de la composition des autres personnages. « Un personnage multidimensionnel » : il faut que le personnage me parle même s’il diffère totalement de ma propre personne : il faut qu’il soit provocateur ce personnage. Il y a des acteurs qui rompent avec le personnage tout juste à peine le tournage entamé parce qu’ils se rendent compte que leur relation avec ce personnage n’allait pas faire des étincelles. Une fois lors d’un dîner avec Robert de Niro (je suis veinarde ! (rire)), il m’a fait savoir que partout ailleurs, on fonctionnait de la même manière.

Y a-t-il une différence dans la relation entre l’acteur et le réalisateur en Tunisie et en Egypte ?
Il y a une différence, bien sûr ! Mon rapport avec Inès Dghidi était totalement différent d’avec Moufida Tlatli comme je le disais. En Egypte, j’ai directement été jetée dans le vide. Là-bas, c’est une machine. Il y a un enjeu commercial. Le film va être beaucoup plus diffusé.
D’ailleurs, quand j’ai débarqué en Egypte, on m’a souvent taxée «d’actrice commerciale». Le fameux rapport intime entre réalisateur et acteur est inexistant en Egypte.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *