Avec le retour aux affaires de Ridha Charfeddine qui s’est engagé à honorer les engagements financiers du club, les joueurs n’ont plus de soucis à se faire.


La balle est désormais dans les pieds des joueurs. Yassine Chikhaoui et ses camarades n’ont plus à de soucis à se faire. Ridha Charfeddine, qui a présenté sa démission le 18 octobre dernier et s’est complètement désengagé de ses responsabilités, est de retour aux affaires.
Sauf qu’il y a eu des dégâts, entre-temps. Pendant un peu plus d’un mois, le club a été laissé à l’abandon au point que les joueurs étaient contraints de faire grève pour réclamer leurs dus, à savoir trois salaires impayés.
Et ils ont résisté comme ils pouvaient. Ils se sont montrés professionnels sur le terrain en ne lésinant pas sur les efforts.

Les joueurs ont tenu bon jusqu’au 11 de ce mois quand ils ont infligé une correction au Club Sportif d’Hammam-Lif sur le score sans appel de 4 à 0, un match en retard disputé pour le compte de la 11e journée du championnat.
Mais le fait que Ridha Charfeddine n’assure plus le quotidien du club, notamment les charges financières, semblait anéantir les joueurs et l’Etoile du Sahel d’aller concéder la défaite au Bardo (3-1) pour le compte de la 12e journée et d’enchaîner par une autre défaite en déplacement chez l’Etoile Sportive de Métlaoui (1-0) en match retard comptant pour la 3e journée.

A cause de ces deux défaites consécutives, l’Etoile du Sahel a perdu du terrain par rapport à ses concurrents dans la course au titre de champion de Tunisie. Une donne qui a fait sans doute réfléchir le président démissionnaire, Ridha Charfeddine, de retour aux affaires cette semaine. Le président sortant s’est engagé mardi soir à assumer ses responsabilités administratives et les charges financières du club jusqu’à la tenue de l’assemblée générale élective extraordinaire le vendredi 10 janvier 2020, à partir de 15h00, à l’hôtel du club.
Avec le retour de Charfeddine aux affaires, c’est un retour à la normale. Yassine Chikhaoui et ses camarades n’ont plus de soucis à se faire. La balle est désormais dans leur camp. Leur mission demain après-midi sera d’obtenir les trois points devant les Soudanais d’Al-Hilal afin de préserver le leadership du groupe B et faire un grand pas vers le quart de finale de la C1 africaine. Il est à noter que l’ESS recevra demain Al-Hilal, à partir de 17h00, sur la pelouse du Stade olympique de Radès pour le compte de la 3e journée de la phase des groupes de la Ligue des champions. Grâce aux victoires remportées lors des deux journées précédentes de cette phase des groupes, l’ESS est leader du groupe B avec six points au compteur à trois longueurs d’avance sur son dauphin qui n’est autre que son hôte demain.
Revoilà Ben Ouannès !

Décidément, c’est la semaine des bonnes nouvelles à Sousse. Outre le retour aux commandes du club de Ridha Charfeddine, l’entraîneur de l’équipe première, Juan Carlos Garrido, a récupéré un de ses joueurs-cadres, Mortadha Ben Ouannès.
Blessé contre Platinum au début du mois, Ben Ouannès a repris du service et s’entraîne régulièrement avec le groupe.
Le joueur est annoncé opérationnel pour l’explication de demain. Il sera même aligné comme titulaire si on croit les dernières informations en provenance de Sousse.

Konaté dans le doute
Bien que Mortadha Ben Ouannès reprenne du service, l’infirmerie ne désemplit pas pour autant. Saddem Ben Aziza ne s’est pas encore rétabli de blessure, alors que Konaté est dans le doute.
Avec l’absence confirmée de Ben Aziza et le doute qui plane sur l’état de santé de Konaté, c’est un casse-tête chinois qui s’impose à Garrido quant à la composition de sa ligne défensive.
Juan Carlos Garrido a encore aujourd’hui pour se décider quelle composition de la défense à aligner demain après-midi contre Al-Hilal ? Attendons voir !

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire