Jusque-là, le message de Lassaâd Dridi a bien été entendu par les siens. L’on pense en particulier au quatuor Dhaouadi-Chamakhi-Compaoré-Ben Yahia avec l’intrépide et hardi Atef Dkhili. Voilà des joueurs qui portent un onze audacieux, ambitieux et même effronté à l’envi.


Malgré les craintes suscitées par le potentiel de l’équipe en début de saison, l’attaque clubiste carbure et la défense tient le choc la plupart du temps. Nous l’avons ainsi constaté face au CSS où le CA a tout d’abord résisté, puis s’est libéré avant de plier le match.
Pour le groupe à Lassaâd Dridi, il ne s’agit donc plus de tenir tête aux cadors mais de s’employer à les faire douter, puis à les acculer à la faute. Et maintenant que la couleur est annoncée, il va falloir confirmer face à un autre ténor de la Ligue 1, l’Etoile du Sahel, un onze inconstant certes, mais toujours aussi brillant quand il est en confiance.
Pour revenir au groupe à Dridi, il a vraisemblablement pris du galon, de la bouteille comme on dit. Et n’eussent été les six fameux six points retirés, il caracolerait en tête.

Les effrontés
Ce faisant, ces propos auraient pu passer pour de la prétention, ou même de l’inconscience il y a quelque temps, juste avant le rude combat face au CSS. Mais les faits ont finalement donné raison aux coéquipiers de Zouheir Dhaouadi. Car si l’on revient sur les péripéties du match face au CSS, les gars de Fethi Jbal avait débarqué à Radès dans la peau d’un conquérant avec des joueurs dont le pedigree avait de quoi faire frémir les Clubistes. Mais le message de Lassaâd Dridi a bien été entendu par les siens, et, passé un début de match délicat, le quatuor Dhaouadi-Chamakhi-Compaoré-Ben Yahia, avec l’intrépide et hardi Atef Dkhili, ont porté un onze audacieux, ambitieux et même effronté.

La rédemption
Lors des première salves du championnat, et après un départ sur les chapeaux de roues, l’on avait quelque peu fulminé avec véhémence après le revers face au leader usémiste.
Certains s’attendaient même au pire par la suite.
Mais Laassaâd Dridi a vite fait de corriger ce qui doit l’être.
A jamais marqué par les vertus d’une bonne assise défensive, il a fait de la solidité de son arrière-garde la base du jeu de son équipe. Certes, on est encore loin du grand CA celui que l’on attend et l’on espère. Mais à l’image de certains tauliers, l’équipe donne le ton la plupart du temps, signe d’une sorte de rédemption après avoir subi un feu nourri d’attaque la saison passée. Et puis, quand on sait que le club est dans la ligne de mire de la Fifa, l’on ne peut que saluer la volonté inébranlable des joueurs à vouloir coûte que coûte maintenir le Club Africain au sommet. Au CA, demain ne meurt jamais !

Charger plus d'articles
Charger plus par Khaled KHOUINI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire