Les consommateurs devraient soutenir les efforts déployés par le service d’hygiène de la municipalité de Tunis pour barrer la route à ces pâtissiers qui veulent augmenter leurs revenus sans offrir des produits de qualité.


La fête de fin d’année constitue une vraie aubaine pour les pâtissiers qui utilisent tous les subterfuges pour attirer les clients et vendre au prix fort leurs produits qui ne sont pas toujours préparés selon les normes en vigueur. La salle où sont concoctés ces délices n’est pas toujours salubre et manque de propreté et de soins. Les agents chargés de la préparation des gâteaux sont dans un piteux état. de plus, les ingrédients utilisés dans la préparation de ces tartes ne sont pas toujours de premier choix. L’objectif du pâtissier est de dépenser moins et de gagner toujours plus. On utilise même du pain rassis pour garnir ces gâteaux dont les enfants sont friands.

Fort heureusement, toutes les pâtisseries ne sont pas pareilles. Il y a des enseignes qui ont marqué leur présence dans le secteur grâce à leur persévérance, leur hygièwne et leur choix des matières premières, ce qui leur a permis non seulement de vendre sur le marché local, mais d’exporter vers l’étranger. Ces pâtissiers ne lésinent pas sur les moyens pour présenter un produit de qualité à prix certes élevés, pour certains citoyens à revenu moyen ou modeste.

Un contrôle très serré

Heureusement, que le contrôle sanitaire est là pour rappeler à l’ordre les pâtissiers qui font fi des règles d’hygiène et de propreté. En effet, la Direction de l’hygiène relevant de la municipalité de Tunis en collaboration avec la police environnementale a effectué une campagne exceptionnelle pour contrôler les locaux ouverts au public et spécialisés dans la vente des gâteaux durant toute une semaine et jusqu’au lundi 30 décembre. A cette occasion, on a établi 60 PV et 60 amendes à l’encontre des contrevenants. Les agents ont saisi également plus de 100 kilogrammes de gâteaux impropres à la consommation. Des moyens et équipements inutilisables ont été également confisqués. Par ailleurs, 5 décisions de fermeture de pâtisseries dans la ville de Tunis ont été établies.

Cette campagne a montré clairement que la situation dans le secteur de la pâtisserie n’est pas reluisante et des mesures devraient être prises pour assainir, une fois pour toutes, la fabrication et la vente des gâteaux. Il y va de la santé des consommateurs et surtout de celle des enfants qui sont des êtres fragiles. Certains pâtissiers vont jusqu’à utiliser les produits compensés — comme la farine et l’huile végétale — qui sont destinés aux ménages, pour la fabrication des gâteaux, ce qui est strictement interdit par la loi en vigueur.

Les citoyens sont appelés, de leur côté, à faire preuve de vigilance pour ne pas consommer des produits non conformes aux normes. La ville de Tunis, comme partout dans le pays, compte des enseignes qui ont un rayonnement large et une réputation intacte. Les consommateurs devraient privilégier ces pâtisseries en achetant ce dont ils ont besoin pour préserver leur santé et celle de leurs enfants. La propreté constitue un élément primordial à prendre en considération lors de l’achat des gâteaux. Certains citoyens commandent leurs gâteaux une semaine à l’avance pour fêter la fin de l’année dans la joie et espérer une nouvelle année pleine de réussite et de bonheur. D’autres préfèrent passer leur réveillon dans un hôtel de la place où les tarifs sont exorbitants dans la mesure où un petit morceau de gâteau coûte 4 dinars et plus !

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire