À l’instar de plusieurs régions, des enseignants suppléants dans de nombreux collèges et lycées du gouvernorat d’Ariana ont observé, lundi, une grève présentielle d’une heure, entraînant la perturbation des cours pour le reste de la matinée.

Les enseignants suppléants appellent à la régularisation de leur situation et leur intégration, sur des étapes, comme le stipule l’accord signé entre le ministère de l’éducation et la partie syndicale, a déclaré à l’agence TAP la porte-parole de la coordination nationale des enseignants suppléants, Ahlem Saad.

En signe de protestation, a indiqué Saad, les enseignants boycotteront les cours durant une heure chaque jour, à partir de lundi, et vont procéder à la retenue des notes du premier trimestre.

Ce mouvement se poursuivra jusqu’à la satisfaction des revendications et la régularisation de leur situation, à l’instar des enseignants suppléants du primaire, a-t-elle précisé.

Les protestataires envisagent d’entamer d’autres mouvements de protestation, dont des rassemblements devant les sièges des commissariats régionaux et du ministère de l’éducation, en plus de la poursuite de la retenue des notes, a souligné la syndicaliste en affirmant que les enseignants suppléants vivent une situation matérielle difficile face à l’absence de couverture sanitaire et le non-versement des salaires.

Des enseignants suppléants se sont regroupés, lundi, devant le commissariat régional de l’éducation de l’Ariana pour dénoncer « la politique d’atermoiement du ministère de l’éducation  » vis-à-vis de leur situation.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire