Deux personnes trouvent la mort lundi matin, à Ajim Djerba, quand leur voiture est tombée en mer alors qu’ils tentaient de monter à bord du bac qui s’était éloigné de 100 m du quai, a rapporté la correspondante de l’Agence TAP à Medenine.

Une troisième personne, qui était dans la voiture est parvenue à sortir, avant que le véhicule ne glisse dans l’eau, la vision étant réduite et les fenêtres de la voiture, fermées, en raison de fortes pluies, a ajouté la même source.

Et les corps des victimes, (frère et sœur) et la voiture ont été repêchés par la protection civile et les services des bacs de Djerba.

Les voyageurs, originaires de Djerba devaient rentrer à Tunis, à bord du bac qui s’était éloigné sans s’arrêter et sans se rendre compte du drame.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

3 Commentaires

  1. Elyssa ghorbel

    14/01/2020 à 15:32

    Bonjour, je suis la petite fille d’une des victimes de ce tragique accident ces informations sont totalement fausses merci de ne plus divulguer de fausse informations!!!

    Répondre

    • Pourquoi

      14/01/2020 à 22:57

      quand leur voiture est tombée en mer alors qu’ils tentaient de monter à bord du bac qui s’était éloigné de 100 m du quai »? 100 metres? Ils ont fait de la lévitation ou ils ont étés catapultés ou le journaleux n’est pas réveillé? Pas sérieux, ce journal est devenu un vrai torchon!

      Répondre

  2. Amira

    15/01/2020 à 07:24

    Bravo! Quel effort journalistique👏. Faire un tour sur FB et copier coller le statut de Amel vous suffit? Pas d’investigation sur le terrain? Pas de questionnement du dispositif sécuritaire défaillant? Les gens meurent à cause de la négligence de l’état dans les bus, les camions et les bacs et vous vous contentez de publier ça? Normalement votre rôle est d’alerter les citoyens et les dirigeants, de remettre en cause les faits pour faire avancer les choses. Mais vous préférez ne rien faire. On n’a pas besoin de vous pour annoncer leur décès, on peut le faire nous même merci. On a besoin de journalisme qui soit un catalyseur de changement qui fasse le nécessaire pour que ça n’arrive plus à d’autres familles.

    Répondre

Laisser un commentaire