Un appel est lancé aux différentes catégories et régions pour reprendre le militantisme en faveur des droits économiques et sociaux.


Après 9 ans de la révolution, les mouvements sociaux et de protestation se poursuivent dans la plupart des régions et touchent plusieurs secteurs et catégories sociales. Selon la Coordination nationale des mouvements sociaux, après les élections, le peuple a découvert que les thèmes mis en exergue par les politiciens n’ont eu aucune suite. Ladite Coordination soutient tous les mouvements sociaux et les sit-in auxquels elle prend part.

Emploi précaire
Elle demande, par ailleurs, d’exécuter toutes les conventions en suspens entre les autorités locales, régionales et centrales et mettre fin à cette démarche de trépignement devenue une habitude des gouvernements successifs. La Coordination adhère aux sit-in réclamant l’emploi, la liberté et la dignité nationale ainsi que les ouvriers des chantiers qui sont victimes de l’emploi précaire sous ses différents mécanismes. On soutient aussi les mouvements écologiques ainsi que les mouvements demandant l’eau potable.
Le droit des régions à une distribution équitable de la richesse est nécessaire, notamment pour les régions du Kamour et Laâyoun. Un intérêt est également donné aux travailleuses du textile et aux familles des martyrs ainsi qu’aux blessés de la révolution, aux triés de la sécurité et aux enseignants suppléants et à ceux qui portent un handicap sans oublier les jeunes médecins, les agriculteurs et les pêcheurs et toute personne luttant pour la justice sociale. Tous ces mouvements et d’autres sont réprimés et font l’objet de procès. Ainsi, la responsabilité est attribuée aux pouvoirs publics qui sont garants de la sécurité des protestataires, sit-ineurs et grévistes de la faim.

La Coordination refuse d’endosser aux catégories marginalisées la responsabilité de l’échec du modèle de développement adopté. Elle invite les parties prenantes d’activer le réseau de défense des mouvements sociaux et salue tous les avocats honnêtes. Un message est lancé pour l’union, la résistance et la solidarité à tous les contestataires qui sont appelés à faire preuve de vigilance pour faire échouer les tentatives de désunion. Un appel est lancé aux différentes catégories et régions pour reprendre le militantisme en faveur des droits économiques et sociaux sans accepter le report des mouvements à cause d’un faux processus pour la formation du gouvernement.
En conclusion, la Coordination présente à toutes les organisations nationales, ayant à leur tête l’Ugtt, ses salutations pour le rôle important joué et pour l’appui fourni aux mouvements sociaux au niveau national et régional qui seront renforcés à travers les actions de militantisme commun et la coordination continue.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire