En dépit d’un effectif réduit à cause des blessures, les «Sang et Or» ont obtenu gain de cause dans la capitale congolaise. Le plus dur sera de poursuivre sur la lancée en cette semaine cruciale.


En dépit d’une cascade de blessures qui, de surcroit, était prévisible pour la formation espérantiste privée de trêve hivernale à cause de ses engagements en Champions League africaine, outre les matches en retard à rattraper en championnat, la bande à Mouine Chaâbani s’en sort plutôt bien. En témoigne sa dernière sortie à Kinshasa où elle est allée chercher la victoire devant l’AS Vita Club, samedi dernier en match comptant pour la 4e journée de la phase des groupes de la C1 africaine.

Le staff technique s’est déplacé à Kinshasa privé de services de quatre joueurs blessés, à savoir Khalil Chammam, Sameh Derbali, Kwamé Bonsu et Raed Fadaa. Et comme si ces absences ne suffisaient pas, Anis Badri a été écarté du groupe par mesure disciplinaire, croyons-nous savoir, en rapport avec l’offre qu’il vient de recevoir et le renouvellement de son contrat avant un éventuel transfert.

En dépit des absences enregistrées et le rythme soutenu des matches, la formation «Sang et Or» est sortie indemne de son périple congolais. L’EST a fait même mieux en ramenant une précieuse victoire de Kinshasa qui lui permet de distancer ses adversaires et s’assoir confortablement en tête du classement du groupe D, avec 10 points au compteur et à trois longueurs d’avance de son dauphin, le Raja de Casablanca.

Un grand pas en quart de finale

En remportant la victoire à Kinshasa, les Espérantistes ont rectifié le tir après avoir été tenus en échec par le même adversaire lors de la journée précédente à Radès. Les «Sang et Or» ont démontré également qu’ils sont beaucoup plus forts que leur adversaire congolais et que si le Vita Club est parvenu à leur tenir tête à Radès, c’est parce que tout simplement il a refusé le jeu.

Par ailleurs, la défense congolaise n’était pas difficile à déverrouiller à domicile, du moment où l’équipe était appelée à faire le jeu. N’empêche, Mouine Chaâbani est appelé dans les jours à venir à régler le problème. L’Espérance a tendance à trouver des difficultés à Radès à chaque fois qu’un adversaire joue le bloc bas.

En attendant de régler ce problème, c’est une bataille de gagnée à Kinshasa qui a permis à l’équipe de faire un grand pas en quart de finale dans la mesure où ce sont le Raja de Casablanca et la JS Kabylie qui doivent se battre pour la deuxième place, qualificative aussi au quart de finale. L’Espérance de Tunis, quant à elle, aura l’avantage d’évoluer à domicile pour le compte de la 5e journée où elle recevra le Raja de Casablanca avant de faire un court déplacement en Kabylie où elle clôturera la phase des groupes, sachant que le champion d’Afrique en titre a un ascendant psychologique sur les deux prochains adversaires en phase des groupes qu’il a battus en matches aller.

En championnat de Tunisie, c’est une autre histoire. Cette semaine sera, par ailleurs, cruciale pour le champion de Tunisie en titre. Il recevra demain l’Etoile du Sahel avant d’affronter ce dimanche le Club Africain. Un classico et un derby dans la même semaine et en l’espace de trois jours seulement : ce n’est pas une mince affaire !

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire