Toujours aussi ambitieux, ce CA-là entend jouer les gros bras. Et il serait bien inspiré de sortir le grand jeu face à un mastodonte du championnat.


La question revient avec insistance depuis quelques temps.
Le CA peut-il aller plus loin ? A l’heure actuelle rien n’est moins sûr. Sauf qu’à voir jouer les Clubistes, l’on ne peut qu’apprécier la volonté et le tempérament d’un onze quasi inébranlable en Ligue 1. Rêver plus grand dans la perspective du derby qui approche à grands pas. Ce slogan peut-il s’appliquer au CA ? La volonté d’y parvenir à terme est en tout cas palpable au sein du groupe à Lassaâd Dridi.
Briser le plafond de verre et s’offrir une place d’accessit en première instance. Y croire jusqu’au bout par la suite et écrire une page de l’histoire du club de Bab Jedid.
Tout cela demande la conjugaison de tous les efforts, de tous les instants, indépendamment de tout concours de circonstances favorables. Cependant, si l’ossature clubiste semble tenir le coup, le groupe a forcément besoin de jokers, de doublures, de second souffle. Face à l’Etoile du Sahel, cette dure réalité a été dévoilée en seconde période.
Bref, en dépit de leur supériorité relative en première période, par la suite, vers la fin, les Clubistes sont tombés sur un os, peinant à s’opposer à la furia locale.
Ce week-end, place au derby. Le CA se présentera certes en outsider mais l’histoire nous enseigne que ce grand format de la saison ne répond à aucune logique. Toujours aussi ambitieux, ce CA-là entend jouer les gros bras. Et il serait bien inspiré de sortir le grand jeu face à un mastodonte du championnat. Les statistiques ont d’ailleurs de tout temps montré que le CA se transcende dès qu’il affronte une escouade mieux classée. Bousculer l’Espérance. Laisser paraître son niveau réel. Celui d’un onze audacieux,intrépide, imperturbable et impétueux même ! Le jeu en vaut la chandelle.

Garder un effectif à dimension humaine
Chapitre renforts maintenant. Si l’incertitude plane encore sur l’éventuelle présence de Saber Khelifa, Ghazi Abderrazak, quant à lui, ne devrait pas fouler la pelouse de Radès. Idem pour Zemzmi, du moins pour l’instant.
Forcément, si le CA veut maintenir le cap cette saison, sans un recrutement digne de ce nom, il ne parviendra pas à enchaîner, question d’endurance surtout. En ce moment même, si l’arrivée de Zemzmi a envoyé un signe de bonnes intentions, le retour de Khelifa donne une autre dimension aux ambitions clubistes. Maintenant, ce grand coup doit en déclencher d’autres. Et en attendant une ou deux bonnes pioches pour boucler le mercato, Lassaâd Dridi est le premier à ne pas s’emballer et à s’adonner à la fièvre acheteuse.
En clair, pour le coach clubiste, on ne recrute pas uniquement des joueurs mais aussi des hommes !
Si l’on décrypte ce sentiment, on note forcément qu’il doit faire très attention à la qualité humaine des joueurs à prendre.
C’est, aussi ,ça qui donne de la profondeur à sa réflexion sur l’arrivée de renforts extérieurs. Des joueurs de la trempe de Saber Khelifa par exemple.
Les puristes l’ont ainsi noté depuis quelque temps.
La stratégie de recrutement a évolué au CA. L’on semble avoir retenu les leçons de certains errements passés.
En clair, en interne, les profils des joueurs pistés correspondent tous à la volonté de faire franchir un palier au Club Africain. L’on peut même dire qu’il n’est pas question de doubler les postes actuellement. L’idée, c’est de trouver des éléments qui manquent au CA, des titulaires en puissance. Il ne peut en être qu’ainsi. En privilégiant la qualité par rapport à la quantité, les décideurs clubistes montrent également qu’ils n’ont pas envie de collectionner les joueurs !
Garder un effectif à dimension humaine. Créer une émulation plus importante au sein du groupe. Serait-ce ainsi que l’on tire son équipe vers le haut ? La réponse ne saurait tarder.

Charger plus d'articles
Charger plus par Khaled KHOUINI
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire