Aux heures de pointe, on voit souvent les bus circuler, les portières ouvertes, avec des passagers accrochés les uns aux autres et risquant à tout moment de chuter. Il suffit que l’un des passagers perde l’équilibre pour qu’il entraîne les autres avec lui, d’autant plus qu’avec la densité de la circulation et la manière de conduire des chauffeurs, cela est très possible. Des mesures s’imposent pour remédier à cette situation.

T.B.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire