Ce soir, Tunisie-Algérie en prélude aux demi-finales


En battant, avant-hier soir, son homologue marocain, le sept national a tôt fait de réserver sa loge réservée au carré d’as. A la lumière de ce duel maghrébin riche en enseignements, on peut dire, loin de toute réaction hâtive ou d’un semblant d’excès de patriotisme, que nous avons désormais une équipe qui se porte comme un charme, qui carbure à plein régime, après avoir vaincu l’essentiel de ses défauts, dont en dernier lieu les flottements défensifs qui suscitaient, jusqu’ici, nos inquiétudes, sachant que, dans les traditions du handball dans le monde, une équipe sans une solide défense, c’est comme un… train sans locomotive. C’est d’autant plus vrai que le sept national, tout en s’amusant, lors de ses trois premières sorties, à pulvériser ses adversaires avec une facilité déconcertante, laissait entrevoir tant de failles derrière.

Le constat était particulièrement flagrant au niveau de l’axe central de la défense où des «boulevards»s’ouvraient régulièrement à la circulation des attaquants adverses. Heureusement que dans notre cage, rugissaient deux lions, en l’occurrence Makram Missaoui et Wassim Hlal, dont l’inspiration, le métier et les prouesses à répétition ont atténué l’ampleur des dégâts. Or, contre… l’Égypte, notre concurrent le plus menaçant, ce genre de distractions se paye cash, sans pitié. Les Pharaons, eux, l’ont compris, en prenant beaucoup moins de buts, tout en collectionnant les scores fleuves.

Certes, dans le camp tunisien, un léger mieux a été constaté dans ce compartiment névralgique, avec, face au Maroc, un meilleur placement des défenseurs en phase 0-6 et un pressing plus collant sur les porteurs de ballon adverses, ce qui a poussé ces derniers à la faute à de nombreuses reprises et mis en échec des attaques qui ont failli faire mouche. N’empêche que, dans ce répertoire, M. Gerona ne semble pas au bout de ses soucis. Des signes le prouvent, à savoir :
-Primo : la persistance de multiplier les essais au sein de l’axe de la défense où se relayaient Mosbah Sanai, Marouen Chouiref, Khaled Haj Youssef, Mohamed Soussi, Elyes Hachicha, Jihed Jaballah et Oussama Jaziri.
-Secundo : l’Espagnol a dû, en dernière minute, refaire appel à Youssef Maâref, un de nos expatriés évoluant en Égypte et connu pour sa robustesse défensive et sa hargne dans les duels. Et il l’a confirmé, avant-hier, de façon magistrale.

Alain Portes dans l’opposition !
On verra assurément plus clair là-dessus, ce soir, à l’occasion d’un nouveau derby maghrébin opposant la Tunisie à l’Algérie. Une confrontation qu’il est impérieusement recommandé d’achever avec zéro blessure, afin d’aborder la demi-finale de vendredi dans les meilleures conditions. Face à des Algériens auréolés de leur récente victoire (aux dépens du Cap-Vert )synonyme de qualification d’office au prochain Mondial d’Égypte, Toni Gerona devra opter pour une énième revue d’effectif, tout en faisant—parions-nous—reposer certains de ses éléments de base, question de se prémunir contre d’éventuels bobos.

Mais le plus curieux dans le match de tout à l’heure, c’est de voir comment réagiront nos joueurs devant leur ancien coach Alain Portes qui prendra place sur le banc adverse, en tant que sélectionneur de l’équipe algérienne. Vieille connaissance du handball tunisien auquel il a beaucoup donné, le Français, bon enfant qu’il était, nous cache-t-il de mauvais tours dans son sac ? Nous fera-t-il souffrir pour le prestige ? Une chose est sûre: les Fennecs n’ont rien d’un foudre de guerre. Leur unique force de frappe réside dans leur vieux buteur Messaoud Barkous, et puis c’est.. le néant ! Alors, bienvenue à notre 5e victoire successive.
Programme d’aujourd’hui
12h00 : RDC-Gabon
14 h00 : Cap-Vert-Maroc
16h00 : Égypte-Angola
18 h00 : Tunisie -Algérie

Mohsen ZRIBI

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire