Il s’est avéré que ces matières ne sont pas conformes aux conditions ni aux articles du contrat conclu entre l’entreprise des travaux chargée de l’asphaltage et du bitumage des routes.


A Zaghouan, la municipalité a découvert une opération frauduleuse dans l’utilisation des matières premières destinées à l’asphaltage des rues et des routes à cité El Arayes. En effet, M. Marouane Bouida, adjoint du maire de la municipalité de Zaghouan, a indiqué, récemment, que dans le cadre du suivi quotidien des travaux du projet communal d’aménagement de la cité El Arayes, on s’est aperçu d’une opération frauduleuse en ce qui concerne la qualité et le volume des matières destinées à l’asphaltage des rues et routes de ladite cité.

Il s’est avéré que les matières utilisées ne sont pas conformes aux conditions ni aux articles du contrat conclu entre l’entreprise des travaux chargée de l’asphaltage et du bitumage des routes. M. Akram Ben Aissa, chargé des affaires juridiques et foncières au conseil municipal, a affirmé, de son côté, qu’un huissier notaire a été désigné pour constater la qualité du bitume et le fer utilisé dans le projet.

Les services de la municipalité vont, par la suite, rédiger un P.V. et désigner un expert spécialisé en vue de prendre note des lacunes et des dépassements enregistrés par l’entrepreneur incriminé avant d’inviter le bureau de contrôle de réalisation du projet de donner son avis. Une action sera intentée en justice à l’encontre de l’entrepreneur.

Pour sa part, M. Tarak Zoukari, président de la municipalité, a précisé que la découverte de cette fraude s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la corruption et les abus commis aux dépens des intérêts de la collectivité nationale.
Il a souligné, par ailleurs, le souci de toutes les parties prenantes au conseil municipal de faire face à toutes les formes et sources de corruption. Cette information a été rapportée par la radio tunisienne.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Société

Un commentaire

  1. Liberte

    25/01/2020 à 11:48

    Hélas ce cas de figure et du mal fait suite à des travaux effectués par des entreprises suspects qui grâce à des corruptions obtiennent le marché pour dépenser un minimum de matériaux et d’heures de mains-d’œuvre, alors le petit budget qui reste fait le minimum. En Tunisie la garantie décennale n’existe pas et les entrepreneurs sont protégés et ne risquent rien et sont protégés par ceux qui ont été corrompus. Vive la république et vive la Tunisie.

    Répondre

Laisser un commentaire