Les derniers développements en Libye ont été au centre d’une rencontre hier à Tunis entre le ministre des Affaires étrangères, Khemaïes Jhinaoui, et son homologue algérien, Sabri Boukadoum, qui effectue, les 25 et 26 avril, une visite de travail en Tunisie.

Lors d’une conférence de presse conjointe à l’issue de cette rencontre, Jhinaoui a souligné la convergence de vues entre la Tunisie et l’Algérie sur le dossier libyen, ajoutant que les deux pays réclament un cessez-le-feu immédiat dans ce pays.

«L’option militaire n’est pas une solution en Libye», a lancé Jhinaoui, appelant à la reprise du dialogue sous les auspices des Nations unies pour trouver un règlement politique de la crise.

Il a également indiqué qu’il a été convenu de fixer une date proche pour la tenue d’une réunion tripartite Tunisie-Algérie-Egypte dans le cadre de l’initiative tripatrite entamée depuis février 2018.

Pour sa part, le chef de la diplomatie algérienne a souligné que la détérioration de la situation sécuritaire en Libye menace la stabilité en Tunisie et en Algérie, estimant que la poursuite des combats pourrait créer un climat de tension dans toute la région.

«On ne peut pas rester les bras croisés devant le bombardement d’une capitale maghrébine», a-t-il dit, estimant que le dialogue est le seul moyen pour sortir de la crise.

Des initiatives sont en cours pour la tenue, à Tunis, d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Tunisie, de l’Algérie et de l’Egypte. Une rencontre qui aura pour objectif de coordonner les efforts des trois pays pour mettre fin aux tensions en Libye et reprendre les négociations politiques, a indiqué le ministère des Affaires étrangères.

Khemaïes Jhinaoui poursuit les contacts et concertations avec les différentes parties régionales et internationales pour hâter l’arrêt des affrontements militaires en Libye.

Depuis le début des combats dans plusieurs régions libyennes et aux environs de la capitale Tripoli, le 4 avril, la Tunisie a intensifié ses contacts avec les parties libyennes pour les exhorter à cesser l’effusion du sang du peuple libyen et à mettre fin à l’escalade militaire. (TAP)

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *