Le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a dénoncé ce qu’il a qualifié de  » multiples violences policières  » commises récemment contre des journalistes, mettant en garde contre toute tentative d’exercer une mainmise sur les médias ou de porter atteinte à la liberté de la presse.

Cette mise en garde intervient sur fond d’agression, mercredi, d’une équipe de journalistes relevant de la chaîne El-Hiwar Ettounsi devant le siège du Parlement au Bardo.

Selon un communiqué du Snjt rendu public, ce jeudi, une équipe de journalistes de la chaîne El-Hiwar, aurait été violemment agressée par des policiers et arrêtée arbitrairement. Le Snjt n’a pas fourni des précisions sur les circonstances de l’incident ni sur les motifs de l’arrestation.

Par ailleurs, le Syndicat des journalistes a appelé le président de la République à assumer ses responsabilités dans la protection des journalistes contre ces dépassements, jugés  » graves  » d’autant qu’il est le garant des droits et libertés selon les dispositions de la Constitution.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Liberte

    13/02/2020 à 16:32

    Voilà un sujet qui fâche le ministre de l’intérieur, en effet un journaliste qui se fait injustement par un policier dans un pays démocratique est inadmissible et interdit, alors un peu de respect pour ces journalistes qui nous font que leur travail et nous informer.

    Répondre

Laisser un commentaire