Lobna Noomene et Mehdi Chakroun ont présenté leur création musicale artistique «El Walleda» lors de la cérémonie de clôture du 1er Forum mondial Chokri-Belaid pour les arts au Théâtre des régions à la Cité de la culture de Tunis.


Lors de cette cérémonie, des prix ont été décernés aux artistes tunisiens et étrangers dont les travaux ont égayé les façades de plusieurs façades de maisons à Djbel Jelloud avec des dessins graffiti haut en couleur durant les dix jours du forum.

A travers une voix suave et une présence tellement radieuse, Lobna Noomene a clôturé ce rendez-vous culturel de dimension internationale en rendant un vibrant hommage à feu Chokri Belaid et aux martyrs de la Tunisie.

Chanteuse et comédienne, diplômée de l’Institut supérieur d’art dramatique, Lobna Noomene a produit, pendant des années, des albums et a participé à plusieurs films et pièces de théâtre. Dotée d’un charme inné, l’artiste, qui reste coiffée de plusieurs casquettes, a captivé la foule par la joie de vivre contagieuse qu’elle diffuse. D’ailleurs, une longue file d’attente s’est formée par un public assoiffé de la voix émouvante de l’artiste, accompagnée de la troupe «Hess», une heure avant le spectacle gratuit.

«El Walleda» qui signifie «La Génitrice», la création musicale de Mehdi Chakroun, avec des arrangements signés Kais Melliti, était empreinte d’autant d’amour que de nostalgie. Ce projet authentique qui creuse les profondeurs de la mémoire gravite autour d’un thème bien précis : «Le retour aux sources, aux racines, aux origines aussi loin que ça puisse paraître», comme l’ont décrit le couple d’artistes.

Le spectacle riche et varié, un travail de presque un an, se veut une douce brise de l’héritage musical tunisien mêlant des reprises des chansons du patrimoine kéfois «Betti Sahrana» ou encore du patrimoine djerbien «Li haz Rgaya» avec des titres originaux composés par Anis Chouchen, Wahid Ajmi et Marouen El Meddeb.

La troupe Hess a fusionné avec virtuosité, les instruments traditionnels ; guembri, qraqeb, bendir, gasba, les instruments à cordes, lutherie, percussion, avec un nouvel environnement sonore au bonheur d’un public fasciné.

En fait, la sensibilité et la douceur des chansons émouvantes, qui rendent hommage à la femme, à la liberté, à la révolution et à l’amour, ont fait vibrer le public. La chanson de la légendaire Hbiba Msika «Mazelti Khadhra» ou «Tu es encore verte», qui était reprise par Lobna aux funérailles nationales de la voix de la révolution tunisienne, Lina Ben Mhenni qui s’est éteinte le 27 janvier 2020, a également enflammé la salle qui était archicomble. Elle nous a fait rappeler la révolution tunisienne, les cris de la liberté, les lueurs d’espoir et l’amour qui rayonnent toujours.

Charger plus d'articles
Charger plus par Khouloud Kechiche
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire