L’ambassadeur de France à Tunis, Olivier Poivre D’Arvor, qui a effectué une visite jeudi dernier à Djerba, fait part du soutien actif de son pays au dossier de candidature de l’île de Djerba à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, estimant qu’il s’agit d’un excellent dossier qui répond à tous les critères requis.

Lors de sa rencontre avec le maire de Houmt Souk et des membres du conseil municipal, ainsi que des représentants de l’Utica (patronat) et de l’Ugtt (syndicat), l’ambassadeur montre, également, un intérêt particulier à la promotion d’un jumelage avec une ville française qui partage des problématiques semblables liées au littoral, à la gestion de déchets, à l’aménagement du territoire et au transport public. De tels projets bénéficieraient du soutien de la France dans le cadre de la coopération décentralisée, dit-il.

« L’île de Djerba a beaucoup à gagner à mettre en valeur la dimension de développement durable et de lutte contre les changements climatiques », pour obtenir des subventions européennes, de la Banque mondiale ou de la France et attirer les touristes « pour qui l’environnement est une priorité », a souligné M. Poivre d’Arvor.

Le diplomate invite le maire de Houmt Souk à faire partie du réseau des villes qui adhèrent à la Saison bleue, un événement annuel qui aura lieu pendant trois mois cet été pour mettre en valeur le littoral tunisien. L’entretien a été axé sur les préoccupations de l’île et les moyens de promouvoir son image de marque de manière à attirer les investissements et le tourisme, a indiqué le maire Hassine Jerad.

La ville de Houmt Souk compte sur le soutien des partenaires de la Tunisie, dont la France, pour développer la gouvernance locale au service de l’amélioration de la qualité de la vie, ajoute-t-il, passant en revue les priorités de l’île dont la gestion des déchets et l’amélioration du réseau routier.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire