Dans une vidéo diffusée sur la page officielle de Hachemi Hamdi, candidat malheureux aux élections présidentielles, fondateur du parti Tayar Al-Mahaba, et patron de la chaîne Al-Mustakilla, le « journaliste », nous présente Moez, un jeune homme originaire de Boulâaba (Kasserine). Il vient de gagner 1000 dinars offerts gracieusement et généreusement par Hachemi Hamdi, dans le cadre d’un programme télévisé intitulé « Al-Tahaddi » (le défis).

Grace à ces 1000 dinars je vais pouvoir louer un local qui me servira d’atelier pour la réparation de motos et de vélos

Moez M’laiki, Kasserine

Le jeune homme visiblement pressé de récupérer ses 1000 dinars, remercie évidemment son bienfaiteur et tient à passer le message.

« Le Défis », est une émission sérieuse

Moez M’laiki, Kasserine

Moez a été le premier à gagner cette somme. Mais chaque semaine, la chaîne de télévision promet un don de 1000 dinars aux porteurs de petits projets. Les candidats doivent simplement écrire un petit résumé de leurs projets sur la page Facebook d’Al-Mustakilla ou envoyer un email à la chaîne.

Spot de l »émission « Al-Tahaddi »

Une enveloppe de 300 000 dinars

Dans un commentaire, sur sa propre publication, Hachemi Hamdi affirme avoir consacré une enveloppe de 300 000 dinars pour ce jeu. Au passage, le candidat aux présidentielles de 2019 (0,75% des suffrages exprimés), en profite pour tacler les élus et blâmer les électeurs pour leur choix, tout en affirmant avoir abandonné la politique.

Normalement, c’est le Président, les députés et les partis que vous avez élu qui sont responsables des quelques 1 millions de chômeurs, c’est un problème entre vous et ceux que vous avez élu. Si vous n’êtes pas contents de mon initiative, allez donc les voir

Hachemi Hamdi, propriétaire de la chaine Al-Mustakilla

Le commentaire en question, est en fait une réponse à ses détracteurs. En effet, plusieurs internautes ont choisi l’humour pour dénoncer ce qu’ils estiment être une « campagne électorale prématurée » et un « investissement dans la misère ».

Si Hachemi Hamdi qualifie son petit jeu de « concours », dans la réalité, il n’en est rien. Un concours, suppose en fait l’évaluation des projets présentés par un jury d’experts pour garantir la transparence du processus. Mais en regardant attentivement l’émission diffusée tous les vendredi, on se rend très vite compte que le seul « expert », n’est autre que Hachemi Hamdi. C’est de son bon vouloir que dépend uniquement le « prix » de 1000 dinars.

Toutefois, avant de décerner l’enveloppe en cash, de 1000 dinars, le monsieur qui tient le micro, prend le soin de faire dire au gagnant, tout le mal qu’il pense du gouvernement et des autorités publiques.

Extrait de l’émission « Al-Tahaddi »

Des règles de jeu très opaques

Nous avons donc contacté Houssem Hammedi, le correspondant de l’émission en Tunisie. Le présentateur nous explique que les candidats, contrairement aux autres émissions de télévision, n’envoient de SMS, le jeu est donc totalement gratuit. Lorsque nous lui demandons quels experts évaluent la faisabilité et la pérennité des projets, Houssem Hammedi, nous confirme que c’est bien « l’équipe et M. Hachemi Hamdi », qui sont les seuls maîtres à bord et qu’aucun Huissier-Notaire n’intervient.

Après tout, cette enveloppe de 300 000 dinars provient de la fortune personnelle de M. Hachemi Hamdi, il est libre de ce qu’il en fait

Houssem Hammed, correspondant de l’émission « Al-Tahadi »

Selon lui, la sélection se fait selon des critères précis (total de l’investissement, faisabilité, gouvernorat d’origine…), que détermine l’équipe de l’émission.

Nous souhaitons toucher le plus grand nombre de gouvernorats

Houssem Hammed, correspondant de l’émission « Al-Tahadi »

De son côté, Issam Bargougui, député de Tayar Al-Mahaba, et ex-directeur de campagne de Hachemi Hamdi, rappelle que l’initiative n’est pas nouvelle.

En 2015, M. Hachemi Hamedi a déjà aidé financièrement les familles des sécuritaires martyrs

Issam Bargougui, député de Tayar Al-Mahaba

Al-Mustakilla ne relève plus de la Haica

Contacté par téléphone, Hichem Snoussi, membre de la Haute Autorité Indépendante de l’Audiovisuel (Haica), nous informe, que même si la chaîne Al-Mustakilla, s’adresse à un public tunisien, elle ne relève pas du droit tunisien.

Après la démission de M. Hachemi Hamdi de la présidence du parti Al-Mahaba, la chaine de télévision Al-Mustakilla relève désormais de l’OFCOM, organisme britannique de régulation de l’audiovisuel.

Hichem Snoussi, Membre de la Haica

Cependant, et de manière générale, Hichem Snoussi explique à La Presse, qu’un jeu télévisé devrait obéir à un certain nombre de règles écrites précises, sous un contrôle extérieur, comme un huissier-notaire ou un collège d’experts indépendants.

Pour sa part, l’expert comptable et fiscaliste Rejeb Elloumi, précise que la loi tunisienne, n’interdit pas ce genre de dons lorsque les fonds proviennent de l’intérieur du territoire tunisien.

En revanche, si les dons proviennent d’un résident fiscal d’un pays tiers, ils doivent avoir l’approbation de la Banque Centrale de Tunisie.

Charger plus d'articles
Charger plus par Karim Ben Said
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Liberte

    24/02/2020 à 11:59

    Le malheur des uns font le bonheur des autres, la loi de loi chimique de Lavosier rien ne perd rien ne crée…

    Répondre

Laisser un commentaire