A Tunis, les gargotes poussent comme des champignons, sans compter celles ambulantes (entendez sur brouettes). On veut bien que les gens travaillent et que d’autres se restaurent. Mais il y a un minimum d’hygiène à respecter, ce qui n’est malheureusement pas le cas. Inutile de faire des dessins. Les inspections devraient être plus nombreuses et les sanctions dissuasives…

T.B.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *