La Smart City ! Cette notion qui prend de plus en plus de l’ampleur commence à être un axe primordial dans la vision stratégique d’une multitude de municipalités pas seulement en Tunisie, mais aussi en France, raison pour laquelle la municipalité de Bizerte a reçu la semaine dernière une délégation de Marseille.

M. Jean Roatta, adjoint au maire de Marseille délégué aux relations internationales et à la coopération euro-méditerranéenne, conseiller métropolitain et député honoraire, et Mme Dominique Ginouves, chargée des relations internationales et européennes dans la ville de Marseille ont été reçus à la mairie de Bizerte dans un premier temps pour se réunir après au Coworking Business Center, là où il y a eu un échange fructueux autour de la thématique de Smart City.

A la réunion, ont été présents aussi M. Olivier Pradet, directeur du Bureau Business France de Tunisie, et Mme Rebecca Geay, du service de coopération de l’ambassade de France.

Maturation des projets

Dans son allocution, M. Roatta a insisté sur l’importance de l’implication des politiciens dans la création du changement.

Durant la réunion, M. Borhene Dhaouadi, architecte et porteur du projet Smart City, a fait un récapitulatif autour de l’avancement de ce projet où la notion de «Data City», qui concerne l’évolution du niveau de maturation des projets des territoires sur plusieurs thématiques, a été le sujet de travail de l’année 2019. «Le travail va continuer cette année également avec un nouveau tour de table réunissant partenaires publics et privés élargis, qui sera sous forme d’un appel ouvert aux entreprises opérant dans l’ingénierie des aménagements publics, la construction et des TIC», avance-t-il.

En effet, M. Roatta a exprimé son entière adhésion à ce projet qui va se poursuivre sous forme d’une coopération tripartie (Tunis/Bizerte/Marseille) autour des aménagements durables et du renouvellement urbains, avec comme référence (l’opération euro-méditerranéenne à Marseille). Cette coopération décentralisée opérationnelle va impliquer les acteurs privés et la société civile productrice, mettant en œuvre des matrices budgétaires à développer et à faire évoluer en fonction des différents échanges.

Miser sur l’éducation

En outre, des échanges dans les domaines sportifs ont été proposés par M. Jean Roatta et Mme Dominiques Ginouves concernant le sport nautique et plaisance de Bizerte et l’Olympique de Marseille. Dans son discours imprégné de la thématique smart, M.Roatta a expliqué qu’il faut miser sur l’éducation des enfants qui sont les femmes et les hommes de demain, sans oublier de souligner le rôle du politicien de penser aux générations futures en optimisant les ressources disponibles, à savoir les énergies renouvelables. Un dialogue enrichissant a été entretenu autour d’une table ronde pour débattre les modalités de coopération entre les deux rives de la Méditerranée pour un avenir «smart». Mais, une chose est sûre, c’est qu’il y a du pain sur la planche…

  • Tabarka, Le Kef et Kairouan : Smart ou pas Smart ?

    Que de chemin parcouru depuis le lancement du programme Smart City qui  a commencé à Bizer…
Charger plus d'articles
Charger plus par Sarah BEN OMRANE
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire