De nouveaux cas du coronavirus, qui touchait jusqu’ici essentiellement le nord de l’Italie, ont été détectés en Toscane (centre) et en Sicile (sud), ont annoncé mardi les autorités, qui accueillent à Rome une réunion des ministres de la Santé des pays voisins pour adopter des règles communes.

Ces cas confirmés sont toutefois peu nombreux: la Toscane compte deux cas à Florence et Pistoia, et la Sicile un seul, en l’occurrence une touriste originaire de Bergame (Lombardie, nord-ouest) qui se trouvait dans un hôtel à Palerme et dont le mari a été testé négatif. Le chef de la Protection civile Angelo Borrelli a indiqué que « de derniers contrôles sont en cours » pour confirmer que cette touriste, qui présente seulement un peu de fièvre, a bien été contaminée.

En attendant, le groupe de Bergame avec lequel elle voyageait a été mis en quarantaine mais seules les personnes de l’hôtel qui ont été en contact avec la touriste sont placés à l’isolement.

Au total, le nouveau bilan officiel fait état de 283 cas dont 7 décès déjà annoncés, soit une hausse de 54 cas de personnes testées positives par rapport à lundi, et la Lombardie reste le principal foyer dans la péninsule avec 212 cas dont six décès (+ 40 par rapport à lundi). Les 283 cas incluent 3 personnes soignées à Rome qui l’avaient contracté hors d’Italie (deux touristes chinois et un jeune revenu de Chine désormais guéri).

L’annonce de cette propagation intervient alors que le Premier ministre Giuseppe Conte a reconnu tard lundi un dysfonctionnement dans un hôpital local ayant favorisé la contagion.

« A nos portes »

« Désormais nous le savons, il y a eu une gestion au niveau d’une structure hospitalière pas complètement appropriée (…) dans de tels cas et cela a certainement contribué à la diffusion », a-t-il déploré pour expliquer une diffusion spectaculaire depuis vendredi du virus en Italie, le pays européen le plus touché et le troisième au monde après la Corée du Sud et la Chine.

Le principal foyer de l’épidémie a été identifié à Codogno, près de Lodi, à 60 km au sud de Milan. C’est dans cette localité de 15.000 habitants qu’avait été hospitalisé, mercredi dernier, Mattia, un cadre de 38 ans considéré comme le « patient 1 », d’où découle une grande quantité de cas recensés en Lombardie.

Puisque la santé en Italie est du ressort des régions, le chef du gouvernement a réuni mardi tous les présidents régionaux en vue de mieux se coordonner et d’éviter « des initiatives autonomes ».

Parallèlement, les ministres de la Santé de la France, la Suisse, l’Autriche, la Slovénie, la Croatie, frontaliers de l’Italie ainsi que l’Allemagne et l’Union européenne se réunissent dans l’après-midi à Rome pour tenter de définir des « lignes d’action communes » face à l’épidémie, alors que les pays européens ont jusqu’ici réagi en ordre dispersé. Une équipe de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) est également arrivée sur place.

La France a édicté une série de recommandations pour les personnes revenant du nord de l’Italie, en leur demandant notamment d’éviter « toute sortie non indispensable ». Ces recommandations gouvernementales portent sur les 14 jours suivant le retour, durée jugée suffisante pour couvrir la période d’incubation du virus.

L’épidémie de coronavirus « est à nos portes », a averti mardi le ministre français Olivier Véran avant son départ pour Rome. « On ne ferme pas les frontières car ça n’aurait pas de sens ».

« Mission impossible »

Londres a aussi demandé à ses ressortissants revenant de ces zones de rester isolés chez eux et de se faire connaître auprès des services de santé.

Un cordon sanitaire a été mis en place autour de onze communes du nord de l’Italie comptant 52.000 habitants. Les lieux publics y sont fermés, sauf les supermarchés et les pharmacies de garde.

Par précaution, toutes les excursions scolaires sont suspendues à l’intérieur et l’extérieur de la péninsule, tout comme les activités liées aux activités Erasmus (programme d’échanges d’étudiants européens).

La progression du coronavirus a aussi conduit le monde du sport à bouleverser sa programmation. Des matches de la Ligue Europa et du championnat d’Italie se tiendront ainsi à huis clos.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire