QUAND une catastrophe ou un malheur tombe sur un pays à l’instar de l’accident tragique survenu dans la localité de Sebbala relevant du gouvernorat de Sidi Bouzid, il existe un temps pour l’indignation, pour la colère et pour la dénonciation des dysfonctionnements et des insuffisances ou carences qui sont derrière le drame.

Il existe aussi un temps où prévaut le discours de la raison, de la solidarité et de la recherche des solutions qui s’imposent loin des déclarations incendiaires ou des analyses politiciennes dont les visées n’échappent plus à personne.

Hier, dimanche 28 avril, Youssef Chahed, chef du gouvernement, a assumé les responsabilités lui incombant en se rendant au chevet des victimes, en écoutant les doléances et leurs familles et en promettant que le gouvernement prendra en charge les soins qui seront prodigués aux blessés.

Et la mobilisation de soutien aux victimes de revêtir une dimension citoyenne remarquable dans la mesure où la majorité des acteurs de la société civile et du paysage politique national ont décidé de s’inscrire dans un mouvement de solidarité actif avec «les familles meurtries» dans la région de Sidi Bouzid.

Par conséquent, le parti Tahya Tounès a décidé d’annuler les festivités programmées à la clôture de son congrès constitutif, clôture reportée au mercredi 1er mai, la Cité de la culture a suspendu toutes les manifestations prévues hier, et l’Ugtt a décidé d’adopter la cause des ouvriers agricoles dans toutes les régions du pays. Autant de réactions citoyennes qui montrent que l’heure n’est plus à la colère et à la contestation somme toute légitimes mais bien à la solidarité avec les familles des victimes, à leur soutien moral et à leur encadrement mais aussi à la mise en application de la loi relative au cahier des charges sur le transport des ouvriers et ouvrières agricoles.

Aussi est-il urgent que les autorités, tout en accordant aux victimes le soutien qu’elles méritent et tout en veillant à réprimer les contrevenants, se doivent d’agir immédiatement pour assurer la protection requise aux usagers des moyens de transport réservés aux ouvriers agricoles.

Charger plus d'articles
  • La voix de la raison

    La semaine qui démarre aujourd’hui ressemblera-t-elle à celle qui vient de s’écouler et qu…
  • Préserver l’édifice démocratique

    LA Tunisie est-elle condamnée à vivre sous le signe de la tension permanente, des petites …
  • Il est temps de capitaliser

    Aujourd’hui et plus de deux semaines après  la dynamique diplomatique qu’a connue la Tunis…
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire