L’Association tunisienne pour la promotion de la culture financière a organisé, récemment, en collaboration avec la Banque de financement des petites et moyennes entreprises (Bfpme), la Société tunisienne de banque (STB) à Sfax, un séminaire sur les entreprises nouvelles et les petites et moyennes entreprises en Tunisie.

Le séminaire sur les entreprises nouvelles et les petites et moyennes entreprises en Tunisie était une occasion pour annoncer la mise en place de deux nouveaux mécanismes pour le financement et l’accompagnement des entreprises. Ces mécanismes seront lancés, officiellement, au cours du mois d’avril prochain.

Mme Zeineb Kassab, directrice à la STB, a présenté au cours de cette manifestation économique — qui s’est distinguée par une assistance nombreuse de représentants des institutions financières, des structures d’appui à l’investissement, de promoteurs et d’experts économiques — le nouveau projet de la STB qui vise à aider les entreprises à réaliser leur transition digitale en rapprochant les nouvelles entreprises des PME, et ce, à travers des partenariats gagnant des deux parties. L’oratrice a souligné que ledit projet va aider les entreprises à assurer la transition souhaitée, notamment vers le digital. Cela va permettre à l’entreprise de créer des richesses.

Technologies appliquées à l’agriculture

Le projet se base essentiellement sur le réseautage des différents secteurs et particulièrement ceux de la construction, du tourisme, des technologies appliquées à l’agriculture et des industries alimentaires. Le projet sera doté d’ateliers de travail pour rapprocher les entreprises nouvelles et celles qui sont déjà installées dans le tissu économique, et ce, par alternance pour toucher les secteurs ciblés et permettre de conclure des partenariats dans le domaine de la rénovation technologique, l’organisation de l’entreprise, le réseautage et l’amélioration du positionnement sur les marchés local et extérieur.

Le projet comporte aussi un «laboratoire d’innovation» au sein de l’entreprise, ainsi qu’une plateforme digitale regroupant les composantes de l’environnement économique. Cette plateforme aide les jeunes promoteurs qui s’adressent à la banque et aux entreprises économiques installées à trouver des solutions susceptibles de favoriser les projets de partenariat avant l’entrée effective des nouvelles entreprises en production. De son côté, M. Mohamed Slim Jarraya, analyste financier, a présenté l’initiative du Moyen- Orient pour l’investissement qui est pilotée par une organisation non mercantile, créée en 2005. Aussi, le programme «Tamwili» constitue la première plateforme pour le financement des entreprises en ligne en Tunisie.

Echec des entreprises financées

Ce programme sera lancé officiellement en avril prochain et va permettre aux PME de solliciter des fonds de plusieurs banques et bailleurs de fonds sans avoir besoin de se déplacer. L’orateur a précisé que ce nouveau programme a été concrétisé suite à une étude élaborée au cours de l’été 2019 sur un échantillon de 321 PME tunisiennes pour connaître leurs besoins.

Pour sa part, Mme Ikram Makni, directrice générale du Centre d’affaires de Sfax, a présenté l’expérience de cette structure qui s’emploie à accompagner les PME après la création grâce au programme «Iklaa» (décollage). Par ailleurs, elle a présente un exposé sur les différents mécanismes institués par ledit centre au profit des jeunes promoteurs pour les soutenir. L’oratrice a évoqué aussi l’Académie de la franchise pour aider les jeunes à s’installer à leur propre compte en exploitant les marques commerciales tunisiennes.

M. Lotfi Debbabi, directeur général de la STB, a précisé que le taux de réussite des projets financés par la banque ne dépasse pas les 20%, soit un seul projet réussi sur 5. L’échec important des projets  nécessite la révision de certains aspects relatifs à l’encadrement, l’infrastructure de base, l’environnement économique et les méthodes d’accompagnement des jeunes promoteurs, selon l’orateur.

Plusieurs parties sont impliquées dans cet état de fait et notamment les banques, les institutions financières, les structures d’appui à l’investissement, les établissements de l’Etat et autres. Les hommes d’affaires expérimentés (les mentors ) dans le domaine de l’investissement ont également un rôle à jouer dans l’accompagnement des jeunes promoteurs et des propriétaires de nouvelles entreprises.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire