Les « Sang et Or » ont ouvert tôt le score, opéré un pressing haut, mais n’ont pas réussi à ajouter un deuxième but qui les aurait qualifiés aux demi-finales. Et l’aventure africaine de s’arrêter au stade des quarts de finale.

Stade olympique de Radès. EST bat Ezzamalek (1-0). (Score acquis à la mi-temps). But de Bilel Ben Saha (5’ s.p). Arbitrage de l’Algérien Mustapha Ghorbal.

EST : Ben Chérifia, Mbarki, Rabii, Yaakoubi, Badrane, Coulibaly, Bonsu (Benseghaier 84’), Ben Choug (Ben Choug 66’), Ben Saha, Ouattara (Meziane 71’) et El Houni.

Ezzamalek : Abogabal, Alaa, El-Wench, Hazem, Abdel-chafi, Sassi, Tarek, Obama (Hassan 88’), Ben Charki, Zizo (Abdessalem 90’+1) et Mohamed (Kasongo 81’).

Les « Sang et Or » ne pouvaient espérer une meilleure entame de match. On jouait à peine la 3’ de jeu quand Ben Choug tira en direction de Ouattara. Cherchant à couper la trajectoire de la balle, Mostafa Mohamed la toucha de la main en pleine surface de réparation. Sans hésitation, l’arbitre siffla un penalty en faveur de l’Espérance, transformé par Bilel Ben Saha (5’).

En ouvrant la marque dès la 5’ de jeu, les « Sang et Or » avaient largement le temps pour ajouter un deuxième but qualificatif aux quarts de finale. Il fallait presser encore et encore. Un pressing qui poussa le gardien zamalkaoui Abogabal à toucher le ballon hors de sa surface, mais l’arbitre a laissé jouer (22’).

Les tentatives des Espérantistes se sont poursuivies et El Houni de voir son tir dégagé par le gardien de but zamalkaoui (23’).

Face au pressing haut opéré par les Espérantistes, les Zamalkaouis, à court d’arguments offensifs, se sont montrés particulièrement agressifs dans les duels, outre qu’ils ne rataient pas une occasion pour tomber par terre, particulièrement Abogabal, averti verbalement par l’arbitre du match à la 33’.

Quant à la défense espérantiste, elle s’est montrée particulièrement solide avec le retour de Badrane dans l’axe et l’abattage du latéral gauche, Rabii.

Et si les Cairotes étaient incapables de créer rien qu’une seule occasion digne de ce nom durant la période initiale, les Espérantistes, eux, n’ont pas réussi malgré leur insistance à ajouter un deuxième but avant de rejoindre les vestiaires à la mi-temps.

Ouatara pris par Hamed : la dernière touche a fait défaut

Domination stérile !

De retour des vestiaires, les « Sang et Or » savaient que le temps tournait désormais en leur désavantage, d’autant que les Cairotes sont sortis de leur réserve pour effectuer quelques montées.

Des débuts très disputés de la deuxième période de jeu avec des Espérantistes plus déterminés que jamais, notamment Coulibaly, qui remit pour El Houni dans la surface, mais son tir passa au-dessus de la transversale (48’). Quatre minutes plus tard, Ben Choug tenta sa chance sur un coup franc long (52’). En vain. Huit minutes plus tard, on assista à la première occasion du match des Zamalkaouis, quand Ferjani Saiss tira un long coup franc direct largement à côté des bois de Ben Chérifia (60’).

Et le staff technique « sang et or » de jouer sa première carte en faisant entrer l’attaquant Mohamed Ali Ben Hammouda à la 66’ à la place de Ben Choug.

A la 69’, Hamdou El Houni mena un contre rapide, dribbla un défenseur et était à deux doigts de doubler la mise, mais son tir croisé est arrêté sur la dernière ligne par le portier cairote.

Et le staff technique espérantiste de jouer sa deuxième carte en incorporant l’attaquant Abderrahmane Meziane à la place de Ouattara à vingt minutes de la fin du temps réglementaire.

Il était clair qu’avec l’entrée de Ben Hammouda et Meziane, le staff technique « sang et or » cherchait à apporter un nouveau souffle à l’attaque, dans la perspective de marquer ce fameux deuxième but qui tardait. Un deuxième but qui n’est finalement jamais venu, signifiant la fin de l’aventure africaine pour les « Sang et Or » et c’est bien dommage au vu du volume de jeu développé hier soir par les camarades de Badrane.

 

(crédit photos : Abdelfattah BELAïD)

Charger plus d'articles
Charger plus par Walid NALOUTI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire