‘’Let’s make it’’, c’est à partir de ces mots-clés que l’association Tunisian Smart Cities a imaginé la ville intelligente de demain, qui se construit peu à peu, dans les quatre coins du pays.

Ce n’est pas en Espagne ou à Dubaï, mais en Tunisie où la Smart City fait parler d’elle grâce à la deuxième édition de la caravane nationale « Tuniasian Smart Cities », qui a fixé comme objectif principal le développement des villes intelligentes et durables en Tunisie, et ce, afin d’améliorer la qualité de vie des citoyens, en utilisant les nouvelles technologies. Pour cette deuxième édition, qui s’est tenue du 9 au 16 mars 2020, l’Institut national des études stratégiques (Ites) et l’association Tunisian Smart Cities (TSC), avec la participation de plusieurs ministères, ont fait le tour de huit gouvernorats et une vingtaine de communes, dont le but de créer un état d’esprit ‘’smart’’ auprès des acteurs socioéconomiques.

Savoir d’où partir

Il est difficile de donner une définition qui soit réellement exhaustive de la Smart City, car tout dépend des projets, des objectifs, de la vision, des besoins, des spécificités, de la volonté… de chaque région. Pour certaines collectivités, moderniser le réseau d’éclairage suffit pour transformer une ville en smart city. Pour d’autres, cela passe nécessairement par la conception et la mise en place d’un périmètre smart, en tenant compte des spécificités et des besoins des régions, tout en respectant les objectifs du développement durable.

Parce qu’il touche directement la vie quotidienne des habitants et impacte de nombreux acteurs, on ne gère pas un projet de smart city comme un autre. Ce schéma passe nécessairement par des étapes-clés pour en garantir la réussite et la pérennité. A cette fin, l’association TSC a préparé un guide méthodologique de la mise en place d’une démarche smart city en Tunisie qui se base sur trois axes majeurs, qui sont l’identification des territoires intelligents, la mise en place d’une démarche smart city/smart village, et la conception d’un cadre d’éligibilité au programme Tunisian Smart Cities.

Du point de vue de sa gouvernance, la smart city est, donc, caractérisée par la disposition d’une chaîne de documents politiques, stratégiques, tactiques, sectorielles…Ce cadre d’élaboration et d’évaluation des visions, plans et tableaux de bords favorise, donc, la participation des citoyens dans la conception et la gestion.

Comment l’adapter au contexte tunisien ?

Ce chantier énorme a été lancé depuis 2010 grâce à une expérience déployée à Bizerte pour mettre en place un projet, dessiner un modèle Smart city, établir les financements, etc. Dix ans après, ce rêve s’approche de plus en plus de la réalité après, notamment, le lancement officiel, en avril 2019, du Programme national des Smart Cities qui a été introduit dans le Plan national stratégique du gouvernement pour la période 2020-2025.

Mais, aujourd’hui, le gros défi est de savoir comment inventer un cadre d’éligibilité pour le déploiement de nouveau cadres administratif, juridique et fiscal. A cet effet, la commune qui intègre le programme Smart City en Tunisie doit à terme remplir certaines conditions, dont notamment, un audit baptisé ‘’U4SSC’’ pour les indicateurs de performance des smart cities, qui doit être conforme aux normes de l’Union internationale des télécommunications (UIT), la création d’une société de portage du programme smart city local avec des capitaux mixtes (public et privé), la production d’un document stratégique (ville durable-ville intelligente) à travers un planning de projet sur 30 ans, sous forme de catalogue évolutif, la production d’un catalogue de projets intégrés dans des périmètres smart city qui auront un statut de zone franche urbaine, la définition d’une vision territoriale concertée, matérialisée par un Master Plan programmatique à l’horizon 2050-2100, la production d’un schéma directeur des infrastructures numériques, la définition d’un planning projets quinquennaux qui accompagne les mandats municipaux avec les modèles associés… Autre élément stratégique de première importance : chaque commune doit créer les postes d’un Data manager et un smart city manager.

Une fois ces conditions sont remplies, les périmètres Smart City doivent bénéficier d’un statut de zones franches urbaines avec en main un plan local de lutte contre les changements climatiques, un plan local de transport, de mobilité et de logistique urbaine et un plan local de connectivité.

Loin des pseudo-slogans, la Smart City c’est aussi inventer un nouveau modèle de financement au niveau des collectivités grâce aux projets rentables et bancables. Il s’agit, en fait, d’une initiative citoyenne qui prône le développement du territoire d’une autre manière…Les porteurs de ce projet croient énormément à leurs idées et la possibilité de notre pays de se changer avec un projet de Smart Cities… Mais chaque région doit élaborer une vision stratégique selon la conception, les rêves et les imaginations de ses jeunes…

Certains territoires se sont montrés motivés alors que d’autres ont affiché leur contrainte, ce qui est compréhensible. Mais une fois l’autorité locale démontre qu’elle est intéressée et engagée dans ce processus de changement, l’association TSC lui assure un plateau technique pour la mise en œuvre de projets structurants et stratégiques. Une fois qu’on a dépassé cette phase d’accompagnement, chaque Conseil municipal devrait valider ses projets, de sorte qu’on puisse passer au financement, ce qui va nous permettre de rentrer dans le cadre d’éligibilité des villes tunisiennes.

A cet égard, en plus des investissements privés opérés dans le cadre de la loi tunisienne sur les PPP, plusieurs lignes de financement seront négociées par le gouvernement, dans le cadre de l’appui à la décentralisation…Il suffit de présenter un projet rentable et de haute valeur ajoutée à la Caisse des prêts et de soutien aux collectivités locales (Cpscl) ou à la Caisse des dépôts et consignation (CDC), pour garantir et organiser le financement des Smart Cities en Tunisie.

Charger plus d'articles
Charger plus par Meriem KHDIMALLAH
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire