Les premiers périmètres smart commencent à se dessiner grâce aux efforts déployés par la société civile et appuyés par le gouvernement et les collectivités locales.


Huit mois après l’achèvement de la première édition de la caravane nationale Tunisian Smart Cities, des avancements ont été constatés. Parmi les villes visitées lors de la caravane TSC, huit ont organisé des ateliers de prospective et de planification urbaine à savoir Sidi Bouzid, Gafsa, Ksar Hellal, Moknine, Djerba, Carthage, La Goulette, et Gabès. Les cinq premières villes ont réalisé un atelier d’une journée et les autres ont réalisé un atelier sur 4 jours et sont en train d’organiser un nouveau format plus développé.

Gabès et Gafsa se révoltent

Gabès a franchi un grand pas dans ce sens à travers l’organisation de plusieurs réunions lui ayant permis de développer une vision pour un quartier écologique et durable sur un terrain de 42 hectares de l’ancien aéroport militaire à la limite entre la mer, l’oasis et le canal de Gabès. Les responsables locaux travaillent maintenant sur une révision du Plan d’aménagement urbain-PAU dont l’objectif est de faire de Gabès l’une des villes les plus propres en Méditerranée.

Gabès smart City, lancé sous la marque «Gabès Oasis intelligente», qui introduit une vision de la ville à l’horizon 2050, a été conçu en tenant compte des spécificités des régions aux alentours et en respectant les objectifs du développement durable (ODD) ainsi que les caractéristiques de la ville intelligente et durable. Il devra s’articuler autour d’axes majeurs dont la mobilité urbaine et le développement de la qualité du service de déplacement, la valorisation de la ligne côtière et la mise en valeur de l’oasis de Gabès. D’autres périmètres seront programmés ultérieurement dans une logique intercommunale.

Conscients de l’importance de la Smart City et son rôle majeur dans le développement des écosystèmes économique, social et politique, les autorités locales et les représentants de la société civile à Gafsa travaillent d’arrache-pied pour mettre à jour le premier périmètre smart dans le sud-ouest du pays. Les études préparatoires ont été finalisées. Le premier périmètre smart de la ville consiste en une avenue smart de 1,5 km de longueur et 100 à 200 mètres de largeur en plein centre-ville de Gafsa où se concentrent la plupart des services et établissements publics.

De plus, deux autres projets smart sont en cours d’étude dans la même ville ; l’e-agriculture qui est l’un des piliers de la ville de demain dans la région, où les parties prenantes à Gafsa misent sur le contrôle intelligent de l’irrigation pour améliorer la productivité agricole et faire des économies d’eau. Un autre projet s’étendant sur un périmètre de 2 km à l’entrée de la ville vise essentiellement à promouvoir l’adoption des technologies vertes (création d’espaces verts, installation de poubelles intelligentes…).

D’autres périmètres smart…

La communauté locale à Siliana commence à réfléchir à quoi devrait rassembler la ville de demain. Une commission «Siliana 2045» qui réunit des experts des divers domaines et des représentants de la société civile a été créée pour accompagner et suivre les projets de transformation de Siliana en ville intelligente et durable depuis les réflexions stratégiques jusqu’à leurs mises en œuvre. Et pour concrétiser les idées de numérisation proposées par les différents intervenants et mettre en place les premières bases de la ville de demain, un partenariat vient d’être conclu entre la municipalité de Siliana et le centre régional de l’informatique, une fondation privée spécialisée dans l’accompagnent des jeunes passionnés d’informatique.

Par ailleurs, la métropole de Tunis a vu le développement du premier périmètre smart du pays «La Perle du Lac», nouveau quartier aménagé par thèmes et en lots structurants par la Société de promotion du lac de Tunis (Splt) à la zone nord-ouest et sud-ouest des Berges du lac Nord de Tunis. Plus de 5 km de promenade aménagée le long du lac et de ses canaux, 600 m de gradins et d’escaliers urbains en béton traité, une dizaine de rampes piétonnes, une piste cyclable aux normes internationales, un équipement de sécurité podotactile, des jardins contemporains végétaux et minéraux sont conçus pour valoriser le piéton dans le quartier et le réconcilier avec l’espace public et la promenade urbaine le long du Lac de Tunis. A cela s’ajoutent la grande place des perles «Le mail central «, la grande jetée, les jetées lacustres et le mobilier urbain contemporain. Il est utile de noter que la Splt est la première société créée en partenariat public-privé (PPP) entre l’Etat tunisien et le groupe saoudien Al Baraka.

Bizerte, qui s’est positionnée comme leader des villes intelligentes en Tunisie et une des villes motrices en Afrique, commence à faire du rêve une réalité. La métropole du Nord commence à engager de grands projets qui vont la rendre plus ouverte, plus intelligente et plus durable. Ces projets s’inscrivent dans une logique de développement durable inclusif et sont essentiellement liés aux domaines de la gestion de la mobilité, de l’énergie, du service public, du logement et de la mobilité intégrée. On en cite le projet de piétonisation du centre-ville (entre deux accroches urbaines importantes, Jardin Boughadfa et place Dag Hamarskjold) qui devra être accompagné de la création d’un parking sous-terrain, d’une capacité totale de 900 places dans une première phase. Le programme de renouvellement urbain doit accompagner cette dynamique qui sera lancée pour redonner au centre-ville de Bizerte son éclat et sa splendeur, le moderniser en respectant les bâtiments qui présentent un intérêt patrimonial et organiser le flux de circulation au centre-ville.

La création d’un terminal RO-PAX sur la rive sud du canal de Bizerte, moyennant une enveloppe de plus de 600 millions de dinars, avec 350 millions de dinars en première tranche opérationnelle, est un autre élément de la ville de demain avec un label «smart & green port». Devant prendre place sur un terrain de 18 ha offrant un quai linéaire allant jusqu’à 1400 mètres, le nouveau terminal maritime permettra de développer les secteurs touristique, industriel et agricole, déployer une signature architecturale maritime moderne au cœur du chenal de Bizerte et optimiser et économiser les dépenses en énergie et combustible en réduisant notamment de 8 heures la durée de la traversée de la Méditerranée. Il permettra, également, de créer environ 25 mille postes d’emploi directs et indirects.

Il y a aussi l’éco-quartier sportif d’Ennadhour, un projet sportif de grande envergure à proximité de la forêt Ennadhour. Il comprend un éco-quartier, un centre sportif pour le mythique Club athlétique bizertin, un centre sportif visiteur, un groupe solaire et un établissement hôtelier. La valeur du projet peut atteindre 500 millions de dinars.

M’dina Smart est une autre composante de Bizerte Smart City. Il s’agit d’un projet de réhabilitation et de rénovation de la vieille ville de Bizerte qui se compose de quatre volets majeurs. Il s’agit tout d’abord de la collecte des déchets dans un système pneumatique permettant d’expédier les déchets vers leur destination finale. Deuxièmement, c’est l’enterrement et la mutualisation de l’ensemble des câbles et réseaux de la médina (électricité, téléphonie, fibre, …). Puis c’est la restauration des façades de la Médina et l’harmonisation des éléments architecturaux, alors que le dernier volet c’est l’installation d’éclairage public intelligent.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire