En pleine guerre contre le coronavirus en vue de prévenir une propagation généralisée sur son sol, la Tunisie s’est lancée, semble-t-il, dans la mobilisation de la technologie. En effet, on dit qu’en guerre tous les moyens sont bons, surtout lorsque l’ennemi est invisible. Face à ce constat, la technologie pourrait jouer un grand rôle dans cette lutte féroce et acharnée contre ce virus qui a frappé plus de 190 pays et provoqué une crise économique nationale et mondiale.

Au vu des dernières informations, et face à la découverte de foyers de contamination locaux, surtout que le nombre de cas contaminés a considérablement augmenté ces derniers jours, les autorités ont décidé d’appuyer la guerre contre le coronavirus par de nouveaux aspects technologiques, tout en conservant les mesures de confinement initialement prises. Drones, robots, applications mobiles, masques imprimés en 3D et autres, la Tunisie misera en effet sur la technologie pour essayer de limiter la propagation du coronavirus et de minimiser ses dégâts.

D’ailleurs, le ministère de la Santé a décidé dernièrement de recourir à un service SMS qui touchera pratiquement toute la population en vue de détecter les foyers de contamination à travers tout le territoire. En effet, en vue de constituer une carte de la propagation du coronavirus en Tunisie, un service SMS verra bientôt le jour. «Cette procédure technologique sera adoptée afin d’identifier les zones de propagation du coronavirus, et ce en collaboration avec le ministère des Technologies», a expliqué, dans ce sens, le ministre de la Santé, Abdellatif Mekki.

Au fait, cette mesure consistera en un questionnaire comprenant un certain nombre de questions liées à la santé et au statut social qui sera envoyé par SMS à tous les citoyens. Il leur demandera notamment de fournir des informations sur la température, les symptômes et surtout un éventuel contact avec des personnes de retour de l’étranger. Selon l’affirmation du ministre de la Santé, ces données seront d’une extrême utilité pour constituer une carte portant sur la propagation de l’épidémie en vue d’identifier et d’isoler les zones de contamination. « Nous espérons recevoir 11 millions de réponses pour qu’on puisse les utiliser dans la lutte contre la propagation du virus », a-t-il espéré.

 Un robot patrouilleur !  

Ces initiatives, pour apporter un aspect technologique efficace à cette guerre contre le coronavirus, ont concerné également le ministère de l’Intérieur qui a, pour sa part, mobilisé un robot dans les rues de Tunis pour dissuader les gens de sortir de leurs maisons. En effet, il s’agit d’un robot patrouilleur conçu par une start-up tunisienne et acquis par le ministère de l’Intérieur qui a été mobilisé dans certaines rues de la capitale pour veiller sur le respect des dispositions du confinement total décrété depuis quelques jours en Tunisie.

En effet, le robot de surveillance PGuard est entré en fonction dans cette conjoncture sanitaire et sécuritaire délicate, suscitant l’intérêt des citoyens qui ont été surpris par un robot qui leur demande leur carte d’identité et leurs documents autorisant la circulation en période de confinement.  

Déployé il y a trois jours par le ministère de l’Intérieur, le robot a sillonné, en premier, l’avenue Habib-Bourguiba et quelques rues perpendiculaires pour appeler les gens, à l’aide d’un mégaphone, à ne sortir qu’en cas de besoin urgent.

Pas que des robots, les autorités envisagent aussi de faire appel à des drones équipés de caméras thermiques qui contribueront à l’identification des cas de contamination dans certaines villes. Ainsi, si dans les prochains jours, un drone s’approche de vous pour prendre votre température, il ne faut pas avoir peur, il s’agira d’une nouvelle solution pour essayer de lutter contre le virus.

Des drones entreront en service

En effet, le groupe Telnet a annoncé, mercredi dernier, avoir acquis un nombre de drones équipés de caméras thermiques pour soutenir les efforts du ministère de la Santé en vue de détecter les cas infectés par le coronavirus. Cette technique a été déjà utilisée à Wuhan en Chine, ville où le coronavirus est apparu. « Dans le but de soutenir l’effort national de lutte contre le Covid-19, et après coordination avec le ministère de la Santé, le groupe Telnet a acquis aujourd’hui un certain nombre d’équipements et de drones équipés de caméras thermiques qui ont été récemment utilisés dans la ville chinoise de Wuhan pour faire face à l’épidémie et qui ont prouvé leur efficacité. Ces équipements, qui seront mis à la disposition du ministère de la Santé, permettront la détection à distance des personnes à température corporelle inhabituelle et leur suivi grâce à la technologie intelligente, en plus de nombreuses autres utilisations », a-t-on communiqué.

Dans ce contexte technologique, il faut rappeler également que dans le cadre d’une initiative avec le secteur privé, des tests de dépistages rapides seront bientôt disponibles en Tunisie. Une entreprise privée spécialisée dans l’importation et la distribution sur tout le territoire tunisien de produits médicaux, a fait dernièrement l’annonce, portant sur un accord entre le gouvernement tunisien et un laboratoire français pour acquérir de nouveaux tests de détection rapide des maladies infectieuses, pour des kits de dépistage rapide de détection du Covid-19.

Ainsi, pour faire face à l’épidémie de coronavirus, dont le pic n’a pas encore été atteint en Tunisie, tous les moyens sont mis en œuvre, comme ne cessent de le rappeler les autorités. Et c’est exactement dans ce contexte que plusieurs écoles d’ingénieur ont rejoint l’élan de solidarité et d’appui au profit du ministère de la Santé pour faire face à la propagation de ce virus. D’ailleurs, la présidence de la République avait annoncé qu’elle soutiendra le projet des masques imprimés en 3D lancé par une équipe d’ingénieurs de l’Ecole nationale d’ingénieurs de Sousse. Le cabinet présidentiel est déjà en coordination avec les médecins, les gouverneurs et les directeurs régionaux de la santé pour définir et répartir les besoins en ces masques.

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Khalil JELASSI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire