Le confinement total de la population tunisienne qui risque de durer a montré l’importance de la pénétration et de la consommation d’internet dans les foyers et ménages tunisiens.

Un collectif de citoyens tunisiens appelle à travers une page Facebook ces derniers temps a généraliser l’accès public et gratuit de l’internet sur tout le territoire de la République et les 24 gouvernorats sans distinction.

Cette mesure émane du fait que des décisions sont prises à la tête de l’état pour gérer la crise du coronavirus de leur avis calqué sur le modèle français. La fermeture des écoles, le confinement total, le déploiement des forces de l’ordre et de l’armée à chaque fois est intervenu en Tunisie suite aux conséquences chez le pays ami et voisin de la rive nord de la Méditerranée.

Alors étant donné que la France a pris des décisions sur le non paiement des prochaines factures de consommation courante en gaz, électricité et Internet, le collectif « Sayeb l’internet » appelle l’Etat tunisien à prendre des mesures pour faciliter le déroulement du confinement avec des conditions plus souples.

Dans ce contexte, la Tunisie qui fait bénéficier à la population du report des échéances des crédits bancaires durant les trois prochains mois appelle à ce que l’internet devienne au moins un service public gratuit.

Les opérateurs des télécommunications l’entendront-ils de cette oreille ?

Voici un extrait du communiqué publié sur leur page Facebook :

« Nous demandons au ministère des Communications et de la Technologie de faire pression sur les entreprises de télécommunications pour qu’elles fournissent un accès Internet gratuit au peuple tunisien dans tous les États de la république afin de les inciter à rester dans leurs foyers et ne pas acheter des unités de consommation internet (fixe et mobile).

Nous savons tous qu’Internet nous donnera la possibilité de rester chez nous, de communiquer avec nos proches et nos familles, de suivre les développements et de ne les quitter qu’en cas de nécessité absolue, ce qui contribuera à réduire la propagation de l’épidémie qui menace l’humanité.

Le président de la République tunisienne et le Premier ministre doivent interagir positivement avec notre proposition, sachant que nous ne renoncerons pas à notre droit et que notre demande est claire pour un accès gratuit à Internet jusqu’à la fin de la crise. »

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire