Dans un livre ambitieux qui raconte l’histoire de la bombe atomique, le Belge Didier Alcante, le Français JF Bollée et le Canadien Denis Rodier nous rappellent que le feu nucléaire qui s’est abattu sur Hiroshima et Nagasaki, il y a 75 ans, a changé à jamais la face du monde.

Sur plus de 450 pages, La Bombe retrace les principaux épisodes de l’enfantement, en pleine guerre mondiale, de l’arme la plus terrible que l’humanité ait jamais conçue.

Une galerie de portraits

La bombe atomique est d’abord une aventure scientifique. Léo Szilard, Enrico Fermi, Robert Oppenheimer, Werner Karl Heisenberg furent des génies penchés sur leurs calculs et portés par une intuition formidable : une réaction en chaîne au cœur de l’infiniment petit peut déclencher une monstrueuse déflagration d’énergie.

En un éclair, le 6 août et le 9 août 1945, à Hiroshima et Nagasaki, près de 200 000 personnes disparaissent. Des dizaines de milliers d’autres mourront de leurs blessures et des suites des radiations. Le scénariste Didier Alcante portait cette histoire depuis qu’un jeune Japonais, camarade de classe en Belgique, était devenu son ami. Le Canadien Denis Rodier lui offre un dessin rigoureux et d’une grande sobriété : noir comme la tragédie passée et la menace que l’arsenal nucléaire représente toujours, blanc comme la nuée aveuglante de la déflagration. Noir et blanc, les couleurs du deuil au Japon. Récit aussi haletant que terrifiant, précisément documenté et habilement mis en scène.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire