Le maire de la Marsa (banlieue nord de Tunis), Moez Bouraoui, a appelé, dimanche, à mettre en place des mécanismes juridiques rigoureux et répressifs qui seront appliqués en cas de violation des règles du confinement total, expliquant que « l’absence de ces mécanismes fait qu’un grand nombre d’habitants de la ville ne respectent pas ces mesures ».

Les habitants de la Marsa, notamment ceux qui résident dans les quartiers populaires, tels que Cité Erriadh, Jebel Khaoui, Bhar Lazrag, Cité Al-Khalil et, relativement, Cité Ennasr, ne respectent pas le confinement total décrété par le président de la République, Kais Saied, le 20 mars dernier, a-t-il affirmé.

Dans une déclaration à l’agence TAP, Bouraoui a indiqué que le nombre de cas confirmés de contamination par le Coronavirus dans la ville de la Marsa s’élève, à ce jour, à 12, précisant que tous ces cas sont importés et que les personnes atteintes par le Covid-19 subissent un confinement total à leur domicile. Aucun cas n’a été enregistré dans les hôpitaux, a-t-il ajouté.

La municipalité de la Marsa œuvre, en collaboration avec des composantes de la société civile, la police environnementale et le district de la Marsa, à mettre en application le confinement total, a-t-il encore indiqué.

Sur un autre plan, le maire de la Marsa a fait savoir que plusieurs entreprises installées dans la ville ainsi que des habitants de la Marsa ont répondu à la demande de la municipalité de soutenir et venir en aide aux catégories démunies et aux familles à faible revenu.

Une cellule a été aussi mise en place pour aider des subsahariens résidants dans la région, en collaboration avec l’association Bey Al-Houma, a-t-il ajouté.

Le ministère de la Santé avait classé, la semaine dernière, la Marsa comme étant un foyer du Coronavirus.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire