Plus de 2000 Tunisiens bloqués à l’étranger réclament leur rapatriement en Tunisie en raison de la propagation du nouveau Coronavirus dans le monde, a indiqué Bouraoui Limam, directeur de la diplomatie générale et de l’information au sein du ministère des Affaires étrangères.

D’après lui, « près de 7600 Tunisiens ont été d’ores et déjà évacués depuis le 14 mars dernier ».

Dans une déclaration, vendredi, à l’agence TAP, Limam a annoncé le décès de 40 Tunisiens en France du Covid-19 et de 5 autres en Italie, soulignant que le rapatriement des dépouilles est « quasi impossible en raison de la délicatesse de la situation ».

Les missions diplomatiques et consulaires ont préconisé d’inhumer les corps dans des cimetières pour musulmans, a-t-il ajouté, précisant que le ministère se chargera, de manière exceptionnelle, des frais d’inhumation.

Selon Limam, l’évacuation des Tunisiens doit répondre à plusieurs conditions dont, notamment, la disposition d’espaces dédiés au confinement.

« Une condition qui va au-delà des prérogatives du ministère des Affaires étrangères. Elle concerne les autorités locales, telles que les gouvernorats, les municipalités et le ministère de l’Intérieur », a-t-il fait remarquer, rappelant que le rôle principal du ministère est de maintenir le contact avec la communauté tunisienne à l’étranger et d’assurer son encadrement.

Les efforts des missions diplomatiques, a-t-il poursuivi, sont canalisés dans l’encadrement des étudiants tunisiens se trouvant dans les pays européens et aux États-Unis.

« Des aides ont été fournies aux étudiants pour couvrir les frais du quotidien et du logement, particulièrement ceux qui ont quitté les foyers universitaires en raison de leur fermeture », a-t-il ajouté.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire