Face à un  virus qui se propage comme une traînée de poudre, seul le numérique peut offrir l’alternative de riposter rapidement.


Lutter contre la propagation du Covid-19, un virus virulent qui s’étend sur le globe avec une vitesse fulgurante, est une véritable course effrénée. Depuis l’apparition des premiers cas de contamination par le Covid-19 en Tunisie, les autorités ont été appelées à anticiper, concevoir, prendre des mesures, riposter à grand renfort de solutions, et ce, dans l’immédiat, voire dans l’instantanéité. Au bout de deux semaines, le confinement total sur tout le territoire a été décrété pour une période de 15 jours. Il a été ensuite prolongé de deux semaines. Tous les acteurs de la vie économique, la société également, ont été confrontés à une situation inédite dans un laps de temps très court. Ainsi du moment où tout le monde est appelé à respecter le confinement général, où la distanciation sociale fait la loi de survie, plusieurs problématiques ont surgi : comment assurer la continuité des activités vitales tout  en respectant le confinement et les consignes de distanciation sociale ? Comment faire, par exemple, ses courses sans se rendre aux grandes surfaces? Comment l’administration va-t-elle prester tout en évitant d’utiliser le papier, un élément qui transmet le virus? Comment prendre ses cours sans se déplacer ? La liste des interrogations est encore longue. Toutes ces problématiques représentaient le déclic pour se retourner sans barguigner  vers des solutions technologiques.

Coup d’accélérateur à la numérisation 

« Dans le nouveau monde, ce n’est pas le gros poisson qui mange le petit ; c’est le plus rapide qui mange le plus lent », disait  Klaus Schwab, le fondateur du Forum économique mondial de Davos. Ainsi, seul le numérique offre cette alternative : riposter rapidement. L’omniprésence et la célérité sont, en effet, le propre du numérique. “A une problématique exponentielle, il faut une réponse exponentielle”.  “La technologie apporte une disruption exponentielle.Elle est  aussi transformationnelle. Elle permet de réaliser des transformations profondes qui touchent toutes les couches de l’entreprise et de la société”, a expliqué Adel Gaaloul, ancien Secrétaire d’Etat chargé des Technologies et consultant en transformation digitale lors d’un webinaire organisé le 1er avril courant par l’Université centrale pour discuter des répercussions de la crise sanitaire  sur l’entreprise. De son côté, l’Institut arabe des chefs d’entreprises (Iace) a recommandé de “mettre en place un chèque à la transformation digitale pour soutenir les entreprises afin de payer des prestations qui permettent d’accroître la maturité numérique en vue d’améliorer leur compétitivité”, et ce, dans l’objectif d’aider les petites et moyennes entreprises  à faire face à la crise du Covid-19.

Plateformes mises en place

Le nouveau coronavirus avec lequel les autorités sont aux prises depuis plus d’un mois, donnerait-il le coup d’accélérateur, tant attendu, à la transformation digitale de notre société?

En tout cas, l’intérêt pour la numérisation n’a jamais été aussi accru qu’il l’est aujourd’hui. Plusieurs plateformes ont été, également,  mises en place par les autorités dans l’objectif de s’en servir pour assurer des prestations de service en ligne, collecter les données matérielles et en faire une base de données numérisée,etc.

“Il y a eu une prise de conscience concernant la transformation digitale. La crise du coronavirus nous a permis de faire un grand pas en matière de numérisation ”, a déclaré le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh lors de son interview diffusée le 2 avril courant sur El Hiwar Ettounsi et Al Watanya 1.

Mais cet élan donné à la numérisation, serait-il temporaire, un feu de paille? La résistance au changement serait-elle de retour, une fois la crise passée?

En tout cas, la bataille que le monde livre contre le nouveau coronavirus est loin d’être finie. L’on prévoit même une deuxième vague d’épidémie. Entretemps, la distanciation sociale est toujours de mise.

Charger plus d'articles
Charger plus par Marwa Saidi
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire