Dans une lettre adressée au président de la République Kaïs Saïed, l’Union internationale de la Presse francophone a appelé à soutenir les médias et notamment la presse écrite dans cette difficile conjoncture sanitaire et économique provoquée par la pandémie du Covid-19. Car en effet, en Tunisie comme ailleurs, les médias et la presse écrite en particulier font face à une crise économique inédite résultant de la baisse ou l’arrêt des ventes et la réduction considérable des revenus publicitaires.

 

La Presse a reçu une copie de cette lettre que nous partageons avec vous :

« Au nom de l’Union internationale de la Presse francophone, une grande ONG internationale fondée il y a 70 ans, je me permets d’attirer votre attention sur un problème d’une extrême gravité que vivent un grand nombre de médias aujourd’hui.

Les conséquences humaines et économiques de la pandémie du Covid-19 entraînent en effet pour beaucoup de médias – et singulièrement pour la presse écrite – réduction de la pagination voire cessation de parution, et diminution drastique des recettes publicitaires.

Ajouté à ces difficultés, les ventes se sont considérablement réduites pour les journaux qui continuent à paraître, lorsque des mesures ont été prises pour restreindre la circulation des personnes.

Cette crise profonde risque de voir purement et simplement disparaître certains supports. Or, les médias sont un élément essentiel du développement économique et humain. Ils ont aussi montré leur caractère irremplaçable de support d’information au moment où vous avez engagé les mesures de précaution nécessaires face à cette pandémie. Ils sont irremplaçables dans une société en développement.

C’est pourquoi, connaissant votre attachement à leur développement, je me permets de solliciter de votre gouvernement une aide complémentaire substantielle leur permettant de faire face à cette épreuve.

Je reste à votre disposition pour toute rencontre ou contact que vous souhaiteriez, et certain de pouvoir compter sur votre soutien, je vous prie de croire, Excellence Monsieur le Président, à l’expression de ma très haute considération. »

 

Madiambal Diagne
Président international

 

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire