La Tunisie est le premier pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA) ayant bénéficié d’un appui supplémentaire du Fonds monétaire international (FMI) d’une valeur de 750 millions de dollars, affirmé le Directeur du Département Moyen-Orient et Asie centrale au FMI, Jihed Azour. Intervenant, mercredi, lors d’une conférence de presse organisée, dans le cadre de la publication du rapport régional pour la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, le responsable a ajouté que la région a été touchée par deux chocs majeurs ayant provoqué une baisse de la demande extérieure.  » Les mesures de quarantaine et de confinement ont causé une baisse de la demande dans les secteurs du tourisme et de la vente au détail « , a indiqué Azour. Et de préciser que la forte baisse des prix du pétrole depuis le début de l’année 2020, a compliqué la situation dans la région, en particulier, pour les pays exportateurs de pétrole qui ont subi de plein fouet cette baisse des prix et la forte régression de la demande pour les produits dérivés du pétrole. Le responsable a, également, évoqué la complication de la situation financière sur le marché mondial qui a causé la sortie d’un important flux de capitaux des pays émergents, renforçant davantage la profondeur des défis auxquels la région est confrontée. Les pays de la région se sont mobilisés très rapidement pour faire face à la crise en protégeant la vie des personnes, en développant les infrastructures de santé, en augmentant leurs dépenses tout annonçant des mesures financières publiques, représentant, en moyenne 3,8 % de leur PIB, a-t-il encore fait savoir, rappelant que les banques centrales ont adopté des politiques pour soutenir la liquidité. » Dans la région du Moyen-Orient et en Afrique du Nord, en Afghanistan et au Pakistan, nos prévisions tablent sur une récession économique d’environ 3,1 %, en 2020, contre une hausse de 0,7 % en 2019 « , a indiqué Azour. Et d’ajouter que les pays exportateurs de pétrole sont, aussi, confrontés à une récession de 4,2 %, et ceux importateurs de pétrole enregistreront une régression de 1 % « . La croissance dans la région devra atteindre, selon lui, 2,2 % en 2020 contre 6,2 % en 2019. Le Directeur du Département Moyen-Orient et Asie centrale au FMI, a recommandé aux gouvernements de sauver la vie des personnes, de mobiliser les dépenses nécessaires pour la santé et de mettre en place des politiques financières et monétaires pour faire face à la crise. L’objectif de ces politiques est de mettre l’économie sur la voie d’une croissance durable, une fois la crise du Covid-19 surmontée, a-t-il encore affirmé.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse avec TAP
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire